Le coronavirus à l'origine d'un retard à l'allumage dans la fusion Saham-Sanlam

Dans son rapport d'activité du premier semestre 2020, le groupe sud-africain évoque un retard de synergies avec Saham Finances. L'ex-groupe marocain a aussi engendré une dépréciation de 340 millions de dollars de ses actifs incorporels.

Par

Entourant Nadia Fettah, DG de Saham Finances, My Mhamed Elalamy (à droite) DG de Saham Assurances, et Raymond Farhat, le proche conseiller de MHE à Saham S.A.
 , Ils ont participé 
à la cession de Saham à Sanlam, un deal de 1 milliard 
de dollars. Crédit: DR

Le mariage Saham-Sanlam connaitrait-il des difficultés ? Dans son rapport financier du premier semestre 2020, le groupe sud-africain explique que «les synergies Saham-Sanlam prendront plus de temps qu’initialement prévu, en raison du ralentissement de la croissance économique dû au Covid-19 dans les régions où Saham est présente.» Contacté par TelQuel,  une source au sein de Sanlam Pan Africa nous explique qu’il n’y a pas d’inquiétudes particulières par rapport à Saham Finances, les pays les plus impactés par la crise étant le Liban, l’Inde et l’Angola. Le groupe sud-africain s’attend à un repli entre 35% et 45% de son résultat net d’exploitation. Dans ce même rapport, Sanlam précise qu’elle reste convaincue que ces synergies peuvent être réalisées, mais qu’elle a décidé de « les laisser émerger comme écarts d’expérience positifs futurs. » L’écart d’expérience est, selon la norme comptable IFRS 17 relative aux contrats d’assurance, l’écart entre le flux…

article suivant

Puissant séisme dans l’ouest de la Turquie, des immeubles effondrés