Les élus du rapatriement, entre soulagement et amertume

Selon les derniers chiffres communiqués par Nezha El Ouafi, près d’un tiers des Marocains bloqués à l’étranger ont été rapatriés. Aujourd’hui confinés dans des hôtels mis à disposition par les autorités sanitaires, ils racontent.

Par

Les Marocains rapatriés, entre soulagement et amertume. Crédit: Antonio SEMPERE/AFP

Pour nous, revenir était devenu rêve… Un rêve très, très lointain”, se souvient Nadia, confinée dans un hôtel à Agadir après de longs mois passés à Montréal. À la mi-juin, le ministère des Affaires étrangères annonçait le début des vols de rapatriement. Un Graal pour les quelque 32.000 Marocains bloqués aux quatre coins du monde pendant près de quatre mois. Lundi 6 juillet, dans le cadre d’une session de la Commission des Affaires étrangères, Nezha El Ouafi annonçait que 10.744 citoyens avaient pu rejoindre leur pays, à bord de plus de 74 vols de rapatriement. Le royaume a fait le choix d’un rapatriement qui arrive tardivement, mais qui semble suivre le sens des priorités, en commençant par les personnes âgées, malades, ou en situation précaire.

Maroc à tout prix

Nous sommes rentrés, mais on n’oublie pas”, écrit El Mahdi à son retour de Manille, en Philippines,…

article suivant

Abécédaire de l’histoire de l’art au Maroc avec la nouvelle exposition du MMVI