Boujmaa Guilloul, windsurfeur coincé au paradis

Même s’il est à des milliers de kilomètres de sa famille et de son fils de trois ans, Boujmaa Guilloul a été plutôt chanceux : c’est à Hawaï que le champion de windsurf s’est retrouvé bloqué à cause de la pandémie.

Par

Un confinement pas comme les autres.

Arrivé à Hawaï à la fin du mois de janvier. Boujmaa Guilloul était supposé quitter le paradis du surf au début du mois de mars pour le Japon, puis le Chili dans le cadre des éliminatoires du Championnat du monde. La pandémie du coronavirus et la fermeture des frontières sont venues bousculer son agenda. Le champion de windsurf s’est retrouvé coincé à Hawaï, à écumer les jours en domptant la houle. Dans l’espoir de décrocher un titre lorsque le monde reviendra à la normale, Boujmaa Guilloul s’est entraîné chaque jour sans relâche.

Première escale : le déni

“Lorsque les voyages au Japon et au Chili ont été annulés, je me suis dit que quelque chose clochait. À Hawaï, les gens n’accordaient pas vraiment d’importance à l’épidémie. Mais plus les jours passaient, plus la psychose s’installait, jusqu’à ce que le confinement…

article suivant

Abdelmadjid Tebboune : “La construction de bases militaires à nos frontières est une forme d’escalade qui doit s’arrêter”