Monsieur Elalamy, que reprochez-vous vraiment à BIM ?

Par Réda Dalil

Si les produits vendus ne sont pas marocains à 50 %, nous allons empêcher cette chaîne de continuer”. Répondant à une question des parlementaires, le ministre du Commerce et de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, a aussi accusé BIM, l’enseigne turque de la distribution, de décimer 60 petits commerces à chaque ouverture de magasin et de privilégier les produits turcs au détriment de la production locale.

“Le problème c’est que les accusations avancées par Elalamy ne tiennent pas”

Réda Dalil
Rarement un opérateur étranger aura suscité une attaque aussi frontale de la part des officiels. Le problème c’est que les accusations avancées par Elalamy ne tiennent pas. D’abord le taux de 50 % est déjà largement dépassé : 85 % des produits vendus chez BIM sont marocains, selon son directeur financier. Ensuite, aucune loi, à notre connaissance, ne fixe un quota de produits locaux ou étrangers à écouler dans le cadre d’une quelconque activité commerciale. Enfin, et en se basant sur les chiffres d’Elalamy, 30.000 petits commerces auraient déjà disparu à cause de BIM. Chiffre fantaisiste qui ne s’appuie…

article suivant

Le doctorat fait-il encore rêver ? Regards croisés entre le Maroc et la France