Lamia Boumehdi: “Un respect pour le foot féminin s’installe petit à petit”

RACHID TNIOUNI

Smyet bak ?

Bouchaib.

Smyet mok ?

Habiba.

Nimirou d’la carte ?

WA108754.

Vous avez arrêté votre carrière de footballeuse à l’âge de 26 ans à cause d’une blessure aux ligaments croisés. D’autres ont continué de jouer après le même souci physique. Pourquoi pas vous?

Il existe des blessures de gravités différentes. Dans mon cas, j’avais déjà été blessée au niveau des ligaments croisés latéraux et j’ai pu rejouer après une opération. Par contre, il m’a été impossible de refouler les terrains après ma blessure aux ligaments croisés postérieurs.

En 2015, vous avez entamé une carrière de coach. Une transition évidente ?

Suite à ma blessure, j’ai vécu une période difficile où je suis restée cloîtrée chez moi. Mon entourage m’a convaincue de retrouver l’univers du ballon rond en passant mes diplômes de coach. J’ai eu ma licence C, puis une seconde licence B, avant d’aller faire une formation à l’université de Leipzig en Allemagne. En 2015, le Wydad m’a contacté pour entraîner son équipe féminine, et, depuis, les événements et…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés