Destin commun

Par Aicha Akalay

En moins d’un siècle, ils se sont fait trois guerres, jonchant leur funeste opposition sur plusieurs millions de morts. L’histoire a rarement connu d’aussi grands ennemis. Au début des années 1950, il était difficile de parier sur un rapprochement entre la France et l’Allemagne, opposées lors de la Deuxième guerre mondiale. Malgré ce lourd passif, le Général de Gaulle invite le chancelier allemand Konrad Adenauer chez lui au domaine de la Boisserie, conscient que la construction européenne ne peut se faire sans un rapprochement franco-allemand. Rendez-vous est pris le 14 septembre 1958, mais le cœur n’y est pas pour le chancelier allemand, qui déclare avant la rencontre qu’elle est “une visite nécessaire, même si elle n’est pas agréable”. Cette nécessité débouche sur deux heures de discussions franches entre deux hommes d’Etat, devenus depuis les principaux artisans de la réconciliation entre leurs deux pays. Ce n’est que grâce à cet apaisement que la construction européenne a pu être envisagée et réalisée. Si l’Allemagne et la France y sont arrivées, pourquoi pas le Maroc et l’Algérie ? Réconcilier le royaume avec son plus proche voisin est…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés