Mohammed VI, Macron, le TGV et les petits plats dans les grands

La mise en service du TGV marocain est imminente. Pourtant, son inauguration fait l’objet de toutes les spéculations. Quand aura-t-elle lieu ? Avec qui ? Le président français Macron fera-t-il le déplacement ? Réponses.

Par

Sept ans après le lancement de son chantier, le premier train à grande vitesse d’Afrique est sur le point d’être inauguré entre Tanger et Casablanca. Baptisé Al Boraq par le roi Mohammed VI, le train devrait entrer en phase d’exploitation commerciale avant la fin de l’année avait fait savoir l’ONCF. Sauf que depuis cette dernière annonce en juillet, les nuages se sont accumulés sur la ligne d’horizon du TGV marocain. Il y a bien sûr l’accident ferroviaire mortel qui a fait sept morts et une centaine de blessés le 16 octobre à Bouknadel, sur l’itinéraire de la future ligne à grande vitesse. Et puis il y a eu courant de l’été, alors qu’une visite d’Emmanuel Macron pour une inauguration du TGV marocain était déjà évoquée, une accumulation de crispations dans les relations franco-marocaines. Plusieurs dossiers se sont succédé mettant à rude épreuve la fluidité d’une…

article suivant

Aradei Capital, première introduction en Bourse de l’ère Covid