Dissension au sein de la Fédération de la gauche démocratique

Le secrétaire général du CNI, l'un des trois partis qui composent la formation, a quitté la coordination de la Fédération citant des « incompréhensions » dues à de « multiples » raisons.

Par

Crédit : Aicpress

Brouille au sein de la Fédération de la gauche démocratique (FGD). Contacté par Telquel.ma, Abdessalam El Aziz, secrétaire général du Congrès national ittihadi (CNI) et membre de la coordination de la FGD, a confirmé que plusieurs « incompréhensions » existent entre les membres de la FGD. Lesquelles « incompréhensions » sont dues à de « multiples » raisons, à en croire Laaziz qui a suspendu sa participation au sein de la coordination du Front de gauche, dont son parti est toujours membre.  

Ces divergences, discutées lors d’une réunion du bureau politique du parti le 15 octobre, concernent notamment ce que le secrétaire général du CNI estime être un « faible score lors des élections législatives du 7 octobre ». Le leader du CNI condamne également le fait que « certains (représentants de la FGD, NDLR) aient promis aux militants et citoyens que la FGD disposerait d’un groupe parlementaire » à la Chambre des représentants. Laaziz s’élève également contre l’utilisation, lors de la campagne électorale, de l’expression « la troisième voie » qui est, selon lui, « une ligne vide de sens », une « référence à l’option de [l’ancien] gouvernement travailliste britannique de Tony Blair ».

Abdessalam El Aziz était tête de liste aux élections législatives de la FGD dans la circonscription de Bernoussi, à Casablanca. Une réunion entre les trois partis qui composent la FGD (PSU, CNI et PADS) est prévue pour le 22 octobre.

 

article suivant

La CGEM et la DGI créent une structure commune pour réduire les litiges entre administration fiscale et entreprises