Reportage: Les Tunisiens renouent avec leur histoire amazighe

Longtemps refoulée par la société et l’Etat, l’identité berbère de la Tunisie commence à peine à être redécouverte, en partie grâce  à des militants comme Jallul.

Par et

Les Amazighs en Tunisie - Crédit : Tarek Bouraque

Longtemps refoulée par la société et l’Etat, l’identité berbère de la Tunisie commence à peine à être redécouverte, en partie grâce  à des militants comme Jallul.

« Bienvenue. Azul fellawn à vous ». Ghaki Jallul, président de l’association tunisienne de la culture amazigh, est heureux de nous recevoir. La soixantaine bientôt entamée, celui qui a fondé, en juillet 2011, la première association amazigh de l’histoire de la Tunisie, nous reçoit fièrement dans une salle de classe pas comme les autres. « Une dame nous a gracieusement prêté cette salle pour qu’on puisse y enseigner », explique Ghaki. Ici, en plein centre du quartier résidentiel d’El Manzah 5, une quinzaine d’élèves, de 7 à 77 ans, suivent attentivement des cours d’initiation à la langue amazighe.

Voir aussi : L’an V de la révolution- Le mystérieux procès des assassins de Chokri Belaid

Une réunion du Congrès Mondial Amazigh à Tunis en 2015 - Crédit : Tarek Bouraque
Une réunion du Congrès Mondial Amazigh à Tunis en 2015 – Crédit : Tarek Bouraque

Rendez-vous dans les kiosques, le 24 décembre pour un dossier complet (Reportages, entretiens et analyses) sur l’an V de la révolution tunisienne.

À partir du 14 janvier, découvrez sur Telquel.ma le web-documentaire « Tunisie : l’an V de la révolution » avec une série de reportages inédits.

À suivre, chap.3 : Le martyr d’un blessé de la révolution.

article suivant

Disparition de la petite Naima : ce que l'on sait