Geert Wilders devant la justice pour incitation à la haine

Le député néerlandais nationaliste Geert Wilders, qui déclarait vouloir « moins de Marocains » dans son pays est soupçonné par le parquet d'incitation à la haine.

Par

Geert Wilders
Geert Wilders, fondateur et président du Parti pour la liberté. Crédit : AFP

Suite aux propos polémiques du député d’extrême-droite Geert Wilders tenus le 20 mars, le parquet a rendu publique sa conclusion jeudi 9 octobre : « il est soupçonné d’insultes envers une partie de la population sur la base de la race et d’incitation à la haine et à la discrimination ». C’est en cette qualité de suspect qu’il sera prochainement interrogé par la justice. La décision fait suite au dépôt de 6 400 plaintes de la part de citoyens et d’associations au cours des 7 derniers mois.

Pour rappel, l’élu du Parti pour la Liberté avait affirmé devant ses partisans qu’il allait se « charger » de réduire le nombre de Marocains dans la ville de La Haye.

Connu pour ses discours islamophobes, Geert Wilders a déjà eu affaire à la justice. En 2011, il avait été poursuivi pour incitation à la haine raciale et à la discrimination envers les musulmans, puis acquitté. Aujourd’hui, il qualifie l’annonce du parquet de « scandaleuse » et « absurde » dans un communiqué.

Lire aussi : Les Marocains devraient retourner chez eux… à Istanbul !

Laure Van Ruymbeke

article suivant

“Notre marche est la lecture”, Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc