Maroc

Diplomatie religieuse: 300 oulémas africains à Fès pour promouvoir un islam du "juste milieu"

Lancement de l'académie Mohammed VI des Oulémas Crédit: MAP
Diplomatie religieuse: 300 oulémas africains à Fès pour promouvoir un islam du "juste milieu"
décembre 06
17:40 2017
Partager

Le ministère des Habbous, à travers la Fondation Mohammed VI, poursuit sa diplomatie religieuse et organise une session réunissant 300 oulémas de tout le continent africain.

À l'image de l'économie ou du football, la religion est devenue un des leviers du soft power du Maroc en Afrique. Du 8 au 10 décembre, le Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains organise une session à Fès où seront présents 300 religieux, dont 80 femmes, représentant 32 pays du continent. Le Maroc sera représenté à cette réunion par 20 alems dont 4 femmes.

Une rencontre qui s'inscrit dans la dynamique des récentes tournées royales en Afrique pour promouvoir un islam du "juste milieu", modéré et tolérant, présenté comme un rempart contre l’extrémisme.

Une carte diplomatique qui séduit nombre de chefs d'État africains qui n'hésitent pas à faire former leurs imams au Maroc et à laisser le Royaume financer et construire des mosquées dans leurs pays.

Formation des imams africains au Maroc

En 2015, le roi a inauguré deux organes clefs de cette diplomatie religieuse: la Fondation Mohamed VI, dont dépend le Conseil des Oulémas africains, et l’Institut Mohammed VI de la formation des imams morchidines et morchidates de Rabat.

À son ouverture, le centre hébergeait des Marocains, des Français, mais aussi des Guinéens, Ivoiriens et Tunisiens et Maliens. Rapidement, d'autres pays africains se sont tournés vers l'Institut dont Ahmed Taoufiq, ministre des Habbous et des Affaires islamiques, a encore vanté l'accroissement du rayonnement à l’international dans un discours prononcé devant Mohammed VI le 30 novembre.

C'est le cas du Tchad, par exemple, qui a signé en février 2016, une convention de coopération islamique ainsi qu'un protocole d'accord sur la formation des imams. Ainsi, 200 imams tchadiens ont suivi un programme spécial décliné en de courtes périodes de 3 à 4 mois.

Des étudiants nigérians ont eux aussi rejoint l'institut. D'ailleurs, lors de la visite du souverain au Nigéria, en novembre 2016 le président Buhari avait sollicité l'aide du leader marocain de la zaouïa tijanie, Mohamed Kabir Ibn Mohamed, pour combattre le groupe terroriste Boko Haram.

En octobre 2017, le roi a remis des diplômes à 18 lauréats de la promotion 2016 de l’Institut Mohammed VI. Ces derniers étaient originaires de Côte d’Ivoire, de France, de la Guinée, du Mali, du Nigéria, du Tchad et du Maroc.

Construction de mosquées à travers le continent

Lors de ses différentes tournées, le roi a financé la construction de plusieurs mosquées dans les pays où les citoyens de confession musulmane sont nombreux. Le 25 octobre dernier, Mohammed VI a donné le coup d'envoi de la construction de la future mosquée "Mohammed VI" à Dar Es-Salaam en Tanzanie. D'une superficie de 7.400 mètres carrés, cet édifice religieux comprendra une salle de prière pouvant abriter plus de 5.000 fidèles.

Le chantier d'une autre "Mosquée Mohammed VI" a été lancé en février dernier, à Conakry la capitale guinéenne. L'édifice s'étendra sur une superficie de 4.040 m2 couverts et disposera d'une salle de prière qui pourra accueillir plus de 3.000 fidèles.

La construction d'une troisième mosquée a enfin été lancée, en mars dernier, à Abidjan. Egalement baptisée du nom du souverain, elle sera construite sur une superficie de 25.000 m2 et comprendra deux salles de prière (hommes et femmes) afin d'accueillir plus de 7.000 fidèles.

Parallèlement, le roi a commandé la restauration d’une autre mosquée à Yamoussoukro, la capitale ivoirienne. Selon Abdelmalek Kettani, ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, la Fondation Mohammed VI des Oulémas prévoit également d'installer "une antenne" à Abidjan avec les grands oulémas ivoiriens.

Lors de ces différents lancements, le roi a également fait don de plusieurs milliers de corans aux instances en charge de la gestion des affaires religieuses des pays concernés.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss