Qu'entend le Maroc par « juste milieu » de l'islam ?

Un accord vient d'être signé entre le Maroc et l’Égypte pour véhiculer les valeurs du « juste milieu » de l'islam. Qu'y a t-il derrière cette formule devenue à la mode ?

Par

Le Maroc a signé, samedi 10 avril, un accord de coopération religieuse avec l’Égypte pour les années 2014, 2015 et 2016. Un texte qui fait part de la volonté des deux pays d’échanger sur leurs expériences en matière de traduction et de diffusion de livres islamiques afin de mieux faire connaitre les valeurs de « juste milieu » de l’islam. Des accords similaires ont été signés précédemment, avec le Mali et le Guinée dans le but de véhiculer ces mêmes valeurs. Seulement, la question de l’islam du juste milieu reste très vague.

Maîtrise du sens du texte et du contexte

« Le juste milieu en islam est le plus haut degré de la compréhension des textes religieux », nous explique un membre de la Rabita Mohammadia des Ouléma. Celui-ci précise que la modération est basée, avant tout, sur une maîtrise du sens du texte et du contexte. Plus concrètement, « une implémentation d’une loi ou d’une législation religieuse doit être élaborée en fonction de l’époque dans laquelle on vit afin d’éviter les extrémismes de tous bords », poursuit-il.

Même interprétation du député du PJD, Abdelaziz Aftati. D’après celui-ci, « la modération, qui s’inscrit dans la vraie religiosité, c’est tout simplement avoir des valeurs comme la droiture, le respect des autres, qu’ils soient religieux ou non ». Et d’ajouter que « la plus haute valeur de l’islam est la miséricorde ».

Un modèle non-applicable au Maroc ?

Toutefois, cet islam du « juste milieu » semble, pour certains, être un modèle encore non-applicable au Maroc. « La diffusion de ce modèle islamique est lié au degré de l’indépendance dont peuvent jouir les ouléma par rapport au champ politique », estime Omar Iharchane, membre du cercle politique du mouvement Al Adl Wal Ihsane. « Ces ouléma doivent être capables de produire des exégèses et adapter les valeurs de l’islam au contexte actuel. Malheureusement, le Maroc ne forme ni ne produit ce genre d’ouléma », regrette-t-il.

Pour lui, le Maroc diffuse cette idée du « juste milieu » afin de jouer un rôle important au niveau du continent africain. « C’est la seule stratégie qui lui reste après avoir échoué diplomatiquement à convaincre les pays africains ».

Lire l’éditorial de TelQuel  : La part maudite de l’islam

article suivant

Antiterrorisme : Le Maroc prend part à l'"Opération Neptune" initiée par Interpol

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.