Mezouar. Confidences du nouveau patron des patrons

TELQUEL

Mezouar. Confidences du nouveau patron des patrons

Salaheddine Mezouar a été élu président de la CGEM à l’issue d’une campagne qui a soulevé de nombreuses questions sur ses soutiens. Dans ce premier entretien depuis sa victoire, il répond aux accusations et détaille sa vision.

Par

Le 22 mai, tous les projecteurs étaient braqués sur l’assemblée générale ordinaire de la CGEM, qui se tenait à l’hôtel Hyatt à Casablanca. Le patronat concentre l’attention plus que d’accoutumée du fait de l’élection particulière qui se déroule sous un chapiteau de l’établissement. Particulière car c’est la première fois depuis quinze ans qu’il n’y a pas un candidat unique, mais un duel entre deux prétendants. Particulière aussi car face à Hakim Marrakchi, chef d’entreprise et cheville ouvrière du syndicat des patrons, se dresse Salaheddine Mezouar, plusieurs fois ministre et ancien président du RNI, qui ne remplissait pas au départ les critères exigés pour s’engager dans la course à la présidence de la CGEM. Les conditions d’un combat inédit étaient réunies entre deux profils différents.

Mais, au final, le suspense n’a pas été au rendez-vous, le clan de Marrakchi ayant vite compris que sa défaite était inévitable. « C’est perdu, mais nous avons mené une bataille transparente et éthique », nous dit, décontenancé, un soutien du challenger de Mezouar peu avant le vote. Et sans surprise, bien rodé aux.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Les petits arrangements de Salaheddine Mezouar avec les statuts de la CGEM