Maladie de la vache folle : le Maroc interdit les importations bovines en provenance du Royaume-Uni

Alors que le Maroc et le Royaume-Uni entament la troisième année d'application de l'Accord d'association (AA) signé en 2019, l'Administration des douanes et des impôts indirects (ADII) annonce la suspension des importations de bovins en provenance du Royaume-Uni.

Par

Alors que le Maroc et le Royaume-Uni entament la troisième année d'application de l'Accord d'association (AA) signé en 2019, l'Administration des douanes et des impôts indirects (ADII) annonce la suspension des importations de bovins en provenance de Royaume-Uni. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Dans la circulaire 6404/222, rendue publique le 5 janvier, l’ADII rend compte des produits ainsi que des contingents tarifaires prévus dans le cadre de l’Accord d’association Maroc – Royaume-Uni.

En raison du statut sanitaire du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, qui vivent une résurgence de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), dite maladie de la vache folle, le Maroc a décidé de suspendre les importations de bovins provenant de ces deux pays.

Ainsi, selon ladite circulaire, sont concernés par ces restrictions de l’ADII « les veaux à l’exception des veaux de lait d’un poids vif inférieur à 150kg, les taureaux, à l’exclusion des taurillons et des taureaux de combat, les viandes bovines destinées aux hôtels et restaurants, à l’exclusion de la viande désossée du gros bovin fraîche ou réfrigérée, les saucisses, saucissons et produits similaires, de viande, d’abats, autres que les saucisses et saucissons secs, non cuits, des préparations alimentaires à base de ces produits, des préparations alimentaires et conserves à base de bovins, autres que les saucisses, saucissons et produits similaires et à l’exclusion des préparations homogénéisées ».

Le Maroc se prive alors à travers cette restriction, sur la durée d’un an comme le prévoit la circulaire, de près de 5500 têtes de veaux, de 14 tonnes de taureaux et de près de 750 tonnes de viandes bovines.

Suspension préventive

Apparue au Royaume-Uni dans les années 80, l’ESB ou maladie de la vache folle s’était fortement répandue Europe et dans le monde à cause de l’utilisation de farines animales contaminées. Soupçonnée d’être à l’origine du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) chez l’homme, elle avait suscité l’inquiétude des consommateurs et a grandement fait chuter les achats de viande.

Résultant de l’anomalie moléculaire de la protéine prion, ses agents de contamination ne sont en règle générale pas dans la viande, ils peuvent potentiellement se trouver dans certains abats des bovins, notamment la colonne vertébrale, la cervelle les yeux et une partie de l’intestin. Bien que la consommation des viandes d’animaux touchés par cette maladie a été considérée bénigne par plusieurs spécialistes, il s’agit d’une maladie mortelle qui a fait plus de 220 victimes en 2016.

à lire aussi