La possibilité marocaine

Par Fatym Layachi

La Coupe du Monde est finie. L’Argentine a gagné. Leo Messi est entré dans la légende. Kylian Mpabbé a fait preuve d’une résilience héroïque. La finale a été légendaire. Historique. C’était phénoménal. Et comme depuis un mois, c’était un truc bien au-delà du football. Tu te dis que tu as assisté à un truc de dingue ce soir de finale, un truc qui dépasse les enjeux du ballon rond. Il y a eu une dramaturgie spectaculaire. Dans tous les sens du terme. C’est bien la première fois que tu comprenais concrètement cette phrase de Corneille  : “À vaincre sans péril on triomphe sans gloire”. Devant ta télé, ces hommes qui couraient sur ce terrain t’ont donné à réfléchir. Ils t’ont montré que les situations peuvent être renversées, les rapports de force inversés. Ils t’ont montré que tout peut se jouer jusqu’à la dernière minute. Surtout pendant les dernières minutes. Cette Coupe du Monde t’aura décidément tenue en haleine jusqu’au bout. Et ça y est, c’est terminé, la Coupe du Monde est finie. La vie peut reprendre son cours et tes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés