Haroun : “Le rire cruel, s’il rend justice, est salutaire”

DR

Smyet bak ?

(Rires) Non communiqué.

Smyet mok ?

Non communiqué.

Nimirou d’la carte ?

Ouh la ! Je ne m’en souviens pas.

Pourquoi cultivez-vous autant de mystère autour de votre identité et de vos origines ? Vous vous prenez pour Zorro ?

Non, c’est parce que ça permet une grande liberté. Beaucoup de gens jugent ce que tu dis par rapport à ce que tu es, et je veux éviter ça. Donc j’essaie de garder le mystère le plus longtemps possible.

Quand est-ce que vous ferez tomber le masque ?

J’aimerais bien en parler un jour. Je ferai peut-être un spectacle pour parler des racines, des origines, et des étiquettes qu’on nous colle. Ces questions me suivent depuis tellement de temps, elles méritent qu’on en parle. Mais jusque-là j’ai pu éviter ça, et j’ai une tête qui passe partout, j’en profite. En tout cas, s’il faut le révéler, j’expliquerai pourquoi je ne l’ai pas fait avant.

C’est la troisième fois que vous vous produisez au Maroc. Qu’est-ce qui vous fait revenir…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés