Pourquoi le Boualem revient de Séville très détendu mais un peu vexé

Par Réda Allali

  Il faut que Zakaria Boualem vous avoue un truc. Il a hésité à vous mettre au courant plus tôt, pour des raisons liées à la puissance de l’œil collectif de ses compatriotes. Maintenant qu’il est revenu, il peut vous le dire : il a passé une semaine formidable à Séville. La première chose qu’il doit vous dire, c’est que personne ne lui a demandé ni pass sanitaire, ni pass vaccinal, ni PCR, ni à l’aller, ni au retour. Voilà bien ce qui confirme ses soupçons, à savoir que la levée de ces absurdes contraintes se fera à la marocaine, c’est-à-dire sans jamais l’annoncer. Il a donc voyagé par bateau, dans la dignité, comme si ce Covid de sinistre mémoire n’avait jamais existé. Il s’est ensuite rendu à Séville qu’il a trouvée en pleines festivités, et il a pris ça comme une attaque personnelle. Oui, il y a quelque chose de ridicule à se présenter comme un pays touristique quand on voit ce qui se propose à quelques centaines de kilomètres de chez nous. On parle de plusieurs kilomètres d’activités…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés