Désenfumage. Disent-ils la vérité, toute la vérité ?

Dès avant le lancement officiel de l’IQOS, le directeur général de la filiale marocaine de Philip Morris, Jalal Ibrahimi, en a assuré in extenso la promotion dans les médias nationaux. On débunke ses déclarations.

Par , et

Le directeur général de la filiale marocaine de Philip Morris, Jalal Ibrahimi, reproduit dans le royaume la stratégie internationale du cigarettier en répétant des éléments de langage. Crédit: MAP

En chauffant le tabac, le dispositif conserve le rituel et la satisfaction que les fumeurs adultes recherchent, tout en générant 95 % de substances nocives en moins que la fumée des cigarettes, puisqu’il chauffe le tabac et ne le brûle pas.” (La Vie éco, février 2021) Certes, le dispositif IQOS chauffe le tabac sans le brûler, mais affirmer qu’il contient 95 % de substances nocives en moins est sujet à débat. Si, selon l’OMS, des dérivés toxiques de la cigarette à combustion (CO, PAH, des composés de carbonyl, le carbone noir) sont inférieurs dans le tabac chauffé, d’autres produits toxiques, comme la pyridine, le dimethyl et le trisulfide, sont comparables ou supérieurs aux cigarettes conventionnelles. Certaines particules toxiques relevées dans le tabac chauffé par l’IQOS dépassent de 200 % le niveau constaté dans les cigarettes classiques. L’OMS estime que les effets de l’exposition des tabacs chauffés dans le monde…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés