Plus d’une décennie plus tard, la stratégie nationale du sport encore à l’échauffement

Le rapport de la Cour des comptes pour les années 2019-2020 s’est penché sur l’état du secteur sportif au niveau national, à travers la relation entre le ministère et les fédérations sportives. Quatorze ans après le lancement d’une stratégie visant à redynamiser le secteur, les conclusions de l’instance sont médiocres, attestant des retards conséquents dans les objectifs fixés.

Par

L'espoir national du karaté Oussama Edari face à l'Iranien Alireza Farajikouhikheili, à Buenos Aires le 17 octobre 2018, en compétition pour la qualification aux Jeux olympiques de Tokyo-2020. Crédit: AFP

Une terre de sport et une pépinière de champions”, voilà comment le ministre de la Jeunesse et des Sports de l’époque, Rachid Talbi Alami, résumait devant le Conseil du gouvernement en 2019, la “Stratégie nationale du sport à l’horizon 2020” pour le royaume. Cette feuille de route avait été lancée suite aux Assises nationales du sport de 2008 à Skhirat, face à “une crise structurelle majeure” du secteur, des propres termes d’une lettre royale. On appelait alors d’urgence à la dynamisation du sport national. Quatorze ans après, force est de constater que “l’horizon” est arrivé vite, trop vite pour le ministère et les fédérations sportives qui sont encore à la peine dans la réalisation de nombreux objectifs. C’est en tout cas ce que souligne…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés