Ismaël El Iraki : “L’histoire de ‘Zanka contact’ ne me laissait pas dormir la nuit”

La veille de la sortie en salles au 
Maroc de “Zanka Contact”, prévue le 1er décembre, nous avons rencontré son réalisateur. L’occasion de revenir, autour d’un café, sur les coulisses du tournage, et de découvrir le rockeur qui se cache derrière la caméra.

Par

Veste en cuir, t-shirt rock, queue de cheval, lunettes de soleil et mains baguées: Ismaël El Iraki semble tout droit sorti de son film Crédit: Jean Luc Mege photography

Lorsqu’il arrive au café La Scène à Rabat, on remarque Ismaël El Iraki au claquement de ses bottes contre le plancher. Elles sont en peau de serpent. En y regardant de plus près, il n’y a pas de doute : ce sont celles que porte Larsen (Ahmed Hammoud) tout au long du long-métrage Zanka Contact. Lorsqu’il s’approche encore, nous saluant d’un check de la main, il a autour du doigt la bague en forme de tête de mort que porte Rajae (Khansa Batma), et au cou le long collier de Rokia (Fatima Attif). Veste et bracelet en cuir, t-shirt rock, cheveux ramassés en queue de cheval, lunettes de soleil à l’intérieur… pas de méprise possible, c’est bel et bien le jeune réalisateur de 38 ans, dont le dernier film, Zanka Contact, a créé la surprise à la Mostra…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés