Samya El Mousti : “Le mariage des mineurs est une violation des droits de l’enfant”

Les associations de protection de l’enfance luttent depuis de nombreuses années contre le mariage des mineurs. Samya El Mousti, directrice Maroc de SOS Villages d’enfants, détaille à TelQuel les actions menées pour éradiquer ce phénomène.

Par

SOS Villages d’Enfants Maroc travaille à “sensibiliser les filles mineures de 9 à 17 ans ainsi que leur entourage sur les conséquences négatives du mariage des mineures”. Crédit: Fadel Senna / AFP

Près de 20.000 demandes de dérogations pour mariage de mineurs ont été déposées en 2020, dont 13.300 acceptées par les juges. Des chiffres inquiétants pour les institutions étatiques et les associations qui luttent pour les droits des enfants et fustigent le fait que “l’exception soit devenue la norme”.

Samya El Mousti, directrice Maroc de l’association SOS Villages d’enfants.Crédit: DR
Outre ces mariages légaux, les mariages coutumiers (par fatiha), bien que hors-la-loi, restent courants dans les régions rurales et défavorisées, les filles étant parfois “mariées” dès 13 ans. Pour Samya El Mousti, directrice Maroc de l’association SOS Villages d’enfants contre l’abandon des enfants et pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes, l’article 20 du Code de la famille permettant d’obtenir des dérogations pour les mineurs doit être abrogé, et les actions de sensibilisation renforcées. Entretien.

TelQuel : Quelles sont…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés