Mohamed Nedali : “Le plus grand ennemi d’un écrivain, c’est l’indifférence”

“Le poète de Safi” est le dernier roman de Mohamed Nedali, tout juste paru aux Éditions de l’Aube. Une fable dont le protagoniste est un poète déchu et désespéré, qui souffre du néant littéraire de son pays. 

Par

Mohamed Nedali est l’auteur de 8 romans, dont Morceaux de choix (Le Fennec, 2003, prix Grand Atlas 2005). Crédit: DR

Depuis 2006, Mohamed Nedali publie ses romans aux Editions de l’Aube. Pourtant, chaque contrat qu’il signe avec son éditeur français est clair : il dispose d’une coédition systématique avec une maison d’édition marocaine, qui bénéficie de l’exclusivité du marché marocain. Je pense qu’un Marocain lambda n’a pas toujours les moyens d’acheter un livre publié et importé de France à plus de deux cent dirhams. Il faut encourager le lecteur, mais aussi, le marché du livre marocain” explique l’écrivain, auteur de près d’une dizaine de livres, romans et essais confondus. Une initiative tout à son honneur, dont la dimension militante se traduit dans sa toute récente parution : Le poète de Safi. Un roman aux allures de fable, qui raconte l’histoire d’un jeune poète safiot. Celui-ci, faute d’avoir trouvé un éditeur et un lectorat, désespéré par…

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger