Câble sous-marin Maroc-Royaume-Uni, les dessous d’un mégaprojet à 200 milliards (et qui est derrière)

Le projet imaginé par le Britannique Xlinks, consistant à relier le Maroc au Royaume-Uni par un câble fournissant de l’électricité propre produite par le soleil et le vent du désert, permettrait, théoriquement, au royaume de faire son entrée dans la cour des grands exportateurs d’énergie verte. Un mois après les annonces en grande pompe, TelQuel a enquêté sur la faisabilité du projet, ses principaux acteurs, ses contraintes et ses défis.

Par et

TelQuel

Xlinks, une startup britannique basée dans la banlieue de Londres, a dévoilé le 26 septembre dernier les plans d’une ligne électrique sous-marine de 3800 km qui reliera le Maroc au Royaume-Uni. Un projet pharaonique que la société chiffre à 16 milliards de livres sterling, soit 22 milliards de dollars, que l’on arrondira à 200 milliards de dirhams. Des chiffres vertigineux qui le placent parmi les projets les plus onéreux de l’histoire du royaume. Dans le détail, Xlinks prévoit de mettre en place des installations à énergie solaire et éolienne dans la région de Guelmim-Oued Noun. Ce parc solaire et éolien de 1500 km2 devrait fournir à terme 3,6 GW…

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles