Le roi nomme Khalid Aït Taleb ministre de la Santé à la place de Nabila Rmili

Revirement de situation. L'ex ministre de la Santé Aït Taleb vient de remplacer celle qui venait de lui succéder. Nabila Rmili cumulait les mandats de ministre de la Santé et maire de Casablanca.

Par

Khalid Aït Taleb remplace Nabila Rmili à la tête du ministère de la Santé. Crédit: Montage/DR

Conformément aux dispositions de l’article 47 de la Constitution, et sur proposition du Chef du gouvernement, le roi Mohammed VI a nommé, jeudi 14 octobre, Khalid Aït Taleb ministre de la Santé et de la protection sociale, en remplacement de Nabila Rmili, annonce le cabinet royal dans un communiqué publié par la MAP.

“Cette nomination intervient conformément aux dispositions constitutionnelles, et après la soumission à la haute appréciation royale de la proposition du chef du gouvernement, visant à mettre fin aux fonctions gouvernementales de Mme Rmili qui a sollicité de se consacrer pleinement à ses fonctions de présidente du conseil de la ville de Casablanca”, poursuit le communiqué.

“Et ce, après qu’elle se soit rendu compte de la charge du travail de cette mission représentative, et du suivi continu des affaires de ses habitants et des chantiers ouverts dans cette grande métropole, ce qui était de nature à impacter les multiples engagements et le suivi quotidien que nécessite le secteur de la santé, surtout en cette période de pandémie”, ajoute le communiqué.

La roi a ainsi approuvé la proposition du chef du gouvernement de nommer l’ex ministre de la Santé Khalid Aït Taleb, afin de poursuivre les chantiers ouverts et les défis urgents du secteur de la santé, dont en premier chef la poursuite de la gestion du volet sanitaire de la pandémie du Covid-19 et le bon déroulement de la campagne nationale de vaccination« .

Élue maire de Casablanca suite aux élections du 8 septembre et nommée ministre de la Santé et de la protection sociale le 7 octobre dans le gouvernement Akhannouch, Nabila Rmili, érigée en symbole du cumul des mandats, prêtait le flanc à la critique depuis une semaine sur les réseaux sociaux.

à lire aussi

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques