Billie Holiday, une affaire d’État : Lee Daniels filme la militante derrière la chanteuse

Dans ce biopic sur l’une des plus grandes chanteuses de blues, 
le réalisateur américain Lee Daniels pointe sévèrement du doigt le racisme exercé par les Etats-Unis des années 1940.

Par

Andra Day dans ‘Billie Holiday, une affaire d’Etat’
Andra Day a obtenu le Golden Globe de la meilleure actrice pour son interprétation de la chanteuse dans ‘Billie Holiday, une affaire d’Etat’, réalisé par Lee Daniels. Crédit: DR

Billie Holiday et Ella Fitzgerald sont considérées comme les deux plus grandes divas du blues de tous les temps. Pourtant, ces deux légendes, qui ont fait la gloire de cette musique durant les années 1940, avaient deux caractères opposés. Ella Fitzgerald était connue pour sa gentillesse, son côté artiste sans histoires et son parcours stable. Le destin de Billie Holiday, lui, est semé d’embûches liées à la drogue mais surtout à ses prises de position politiques : la défense de la cause noire à une époque où il était interdit d’en parler. C’est sur ce dernier point que s’est concentré le cinéaste Lee Daniels (connu pour son film Precious), dans son dernier long-métrage, Billie Holiday, une affaire d’Etat. Un angle qui continue malheureusement de faire écho, notamment après l’assassinat par un policier de George Floyd, citoyen afro-américain, en mai 2020. Dans les années 1940, Billie Holiday est l’un des porte-voix de la cause…

article suivant

Glovo établit une nouvelle norme en matière de droits sociaux avec “The Couriers Pledge”