Abus de pouvoir, avances sur recettes retirées, tournages avortés : guerre ouverte entre les cinéastes marocains et Sarim Fassi Fihri, directeur du CCM

Entre les cinéastes et Sarim Fassi Fihri, la guerre est déclarée. 
Ils accusent le directeur du Centre cinématographique marocain (CCM) 
de prendre des décisions arbitraires sur fond de conflits personnels. 
Ce dont il se défend.

Par

Sarim Fassi Fihri, le directeur du CCM, nie toute décision prise en raison de conflits personnels. Crédit: MAP

Entre les cinéastes et le Centre cinématographique marocain (CCM) rien ne va plus. Le 13 avril, Lamia Chraibi, à la tête de la société de production La Prod,  reçoit un courrier lui notifiant qu’une dérogation de délai de tournage ne peut lui être allouée. “La Commission du fonds d’aide à la production des œuvres cinématographiques ne peut vous accorder de délai supplémentaire, car les raisons que vous invoquez (recherches de financements complémentaires) ne sont pas suffisantes”, peut-on y lire. Comprendre : l’avance sur recettes qui lui a été octroyée pour la réalisation ainsi que la production d’un tournage est suspendue. La productrice est donc contrainte de finir le film par ses propres moyens, et il lui est interdit de déposer un nouveau projet tant que le précédent n’est pas achevé. “Là où les pays du monde entier proposent des aides à ce secteur en difficulté, en…

article suivant

France : la drogue, importée du Maroc, était cachée dans les tomates cerises