Comment le sol marocain et africain renseigne sur l’origine de la vie sur Terre

Il y a quelques années, Abderrazak El Albani a provoqué un big bang dans la communauté scientifique en montrant que la vie complexe remontait à 2,1 milliards d’années et non 600 millions, comme on le pensait jusqu’alors. Aujourd’hui, il vient de faire une nouvelle découverte dans la région de Ouarzazate, qui intéresse la Nasa.

Par

Diaspora

Quand je suis arrivé sur place, j’ai vu des choses atypiques. Je me suis dit : ce n’est pas possible, soit je me trompe d’âge, soit il y a un souci dans les livres et ce que l’on nous raconte depuis 200 ans.” En 2008, à l’occasion de recherches assez classiques sur le site de Franceville, au Gabon, Abderrazak El Albani a réalisé un pas de géant pour la chronologie de l’évolution.

Ce géologue de l’université de Poitiers a découvert que les premiers organismes multicellulaires, c’est-à-dire des organismes de vie complexe – qu’on oppose aux organismes unicellulaires que sont les bactéries et les microbes – dataient de 2,1 milliards d’années. Depuis la fin du XIXe et des fossiles trouvés en Australie, on pensait que cette forme de vie n’était apparue qu’il y a 600 millions d’années. Sa découverte a donc chamboulé les connaissances liées à l’origine de la vie sur terre, et ainsi amendé le travail de Darwin.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques