Le Maroc maintient l’utilisation du vaccin AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Après que des doutes ont été émis par les autorités vaccinales de différents pays, notamment européens, sur l’utilisation du vaccin AstraZeneca pour les plus de 65 ans, le comité national marocain a, lui, rendu un avis positif. Une décision qui s’inscrit à la lumière des résultats des essais cliniques, bien que ceux-ci n’incluent pas encore une proportion élevée de personnes âgées.

Par

Kirsty O'Connor / POOL / AFP

Premier vaccin à recevoir l’aval des autorités sanitaires au Maroc pour une utilisation “d’urgence”, le 6 janvier, le produit développé par AstraZeneca-Oxford ne fait l’objet d’aucune contre-indication pour les plus de 65 ans, selon l’avis du Comité scientifique en charge de la stratégie vaccinale, à contre-courant de la tendance et des réserves émises ailleurs.

Le vaccin anti-Covid développé par AstraZeneca a obtenu l’autorisation d’utilisation, sans limitation d’âge à 65 ans, par l’Agence européenne des médicaments et les Autorités sanitaires de plusieurs pays. C’est le cas également du Royaume du Maroc”, résume d’emblée un document du Conseil qui s’est réuni ce jeudi 4 février. L’assemblée de scientifique et de spécialistes trouve qu’à ce jour, les données issues des essais cliniques menés par le laboratoire britannico-suédois “ne permettent pas de tirer des conclusions quant à l’exclusion de cette tranche d’âge des bénéficiaires de ce vaccin”.

Des chiffres avancés malgré un manque de données scientifiques

Depuis plusieurs jours, de nombreuses critiques ont entaché le vaccin d’AstraZeneca-Oxford, jugé inefficace, voire à risque pour la partie la plus âgée de la population. En cause, pour de nombreuses voix à l’étranger, un manque de visibilité sur les chiffres issus des essais cliniques pour déterminer précisément comment fonctionne le vaccin sur les plus de 65 ans.

Dans le fond, les scientifiques marocains se sont livrés à une analyse et une interprétation des données issues des essais cliniques. Dans la mise au point du Comité, il est indiqué que lors des essais cliniques, 687 personnes de plus de 65 ans ont reçu le vaccin et quatre seulement ont développé des symptômes du Covid-19. 666 autres personnes de plus de 65 ans ont quant à elle reçu un placebo, et sept d’entre elles ont développé des symptômes.

Traditionnellement, et pour des questions éthiques, le protocole des essais cliniques de vaccin ne concerne que tardivement les couches de population les plus âgées, privilégiant les patients dans la force de l’âge dans un premier temps.

Reste que pour le Comité marocain, les données publiées par le laboratoire indiquent que les effets indésirables “sont généralement plus légers et moins fréquents” chez les personnes âgées de plus de 65 ans “par rapport aux plus jeunes”. Par conséquent, de l’avis du Comité, validé par le ministère de la Santé, l’utilisation de ce vaccin pour la tranche d’âge de plus de 65 ans reste de mise, “comme préconisé initialement dans la stratégie nationale de vaccination”.

À contre-courant

L’annonce a forcément de quoi intriguer. Le royaume semble aller à contre-courant d’une grande partie des autres nations ayant passé commande ou reçu les précieuses doses. Principalement européennes, et alors que s’opérait un litige entre l’Union européenne et le laboratoire pharmaceutique sur l’acheminement des doses, différentes autorités sanitaires ont ainsi opposé leur véto à l’utilisation du vaccin aux couches de population les plus âgées.

Différentes autorités sanitaires ont opposé leur véto à l’utilisation du vaccin aux couches de population les plus âgées

L’autorité vaccinale allemande la première, une ligne depuis suivie par bon nombre de pays de l’UE, tels que la France, ce 2 février, ou encore la Norvège, l’Islande et le Danemark qui, ce 4 février, ont indiqué que le vaccin anti-Covid d’AstraZeneca serait réservé aux moins de 65 ans, faute de données suffisantes.

Le royaume fait pourtant le choix de l’Agence européenne du médicament (AEM) qui a donné son feu vert, le 29 janvier, à une utilisation pour “toutes les personnes âgées de plus de 18 ans”. Toutefois, l’AEM a reconnu ne pas avoir assez de résultats chez les participants de plus de 55 ans pour calculer l’efficacité du vaccin, et promet “plus d’informations” avec des études en cours, qui incluent “une proportion plus élevée de participants âgés”.

Après avoir reçu deux millions de doses, vendredi 22 janvier, du vaccin Covishield produit en Inde, le Maroc s’attend à de nouvelles livraisons prévues au cours des prochaines semaines. Au total, sur les 65 millions de doses de vaccins attendues, 25 millions concernent le Covishield, le reste venant de Sinopharm. Ce 3 février, l’initiative Covax a indiqué qu’elle enverrait au Maroc 1,8 million de doses du vaccin d’AstraZeneca, produit en Inde, d’ici “le deuxième trimestre 2021”.

article suivant

Pass sanitaire, test PCR, certificat médical... les recommandations du CNDH pour remplacer le pass vaccinal