Fatima Mernissi vue par les siens

Cinq ans après la disparition de Fatima Mernissi, TelQuel donne la parole à ses proches. Famille, amis et collègues nous racontent la défunte, de l’enfance au sommet, de la femme à la sociologue.

Par

Fatima Mernissi par Ruth V. Ward
Fatima Mernissi “portait des habits traditionnels revisités et avait cet accent fassi qui contrastait avec son esprit libéré. Ce paradoxe est à mes yeux ce qui résume le mieux sa pensée : ne pas nécessairement consommer la modernité, mais travailler sur notre propre histoire, revisiter qui nous sommes”, témoigne son ami de longue date, Ahmed Farid Merini. Crédit: Ruth V. Ward

L’histoire de Fatima Mernissi sonne presque comme un conte, tant elle fascine et tant le ton qu’elle emploie dans ses écrits, même les plus rigoureux, s’y prête. Quoi de plus apologique et romanesque qu’une petite fille ayant grandi dans un harem, entourée de murs, d’hommes et de concubines, qui se mue en icône du féminisme arabe ? Depuis sa mort, survenue le 30 novembre 2015, les hommages n’ont cessé d’affluer : nécrologies, rééditions, chaires universitaires, événements culturels, et même un biopic en cours de préparation… TelQuel ne déroge pas à la règle, et propose à ses lecteurs un numéro Qitab dédié à la mémoire d’une grande dame qu’il faut à tout prix préserver. En sollicitant ceux qui faisaient partie de la “famille cosmique” de Fatima Mernissi pour nous parler d’elle, les réponses, bien que variées, se…

article suivant

Maroc-Ethiopie: Le mégaprojet d'usine d'engrais à 3,7 milliards de dollars officiellement scellé