Banât al-sabbâr, les quatre filles du pêcheur de Karima Ahdad

Le premier roman de Karima Ahdad a obtenu le Prix Mohamed Zafzaf décerné en février 2020 par la région de Casablanca-Settat.

Par

A la mort de Hamid Ziani, modeste pêcheur d’Al Hoceïma, sa veuve Louisa et ses quatre filles, Sonia, Chadia, Chaima et Safa regardent les visiteurs s’empiffrer et assistent au pillage de leur maison par la famille du défunt. Pour toutes, le deuil est à la fois un coup dur qui les confronte à la misère et une libération. Sonia, 26 ans, n’aura plus à se cacher pour travailler. Safa, 13 ans, n’aura plus à porter le voile ni à assister aux réunions religieuses des femmes. Louisa pourra ôter le niqab imposé et se remettre au dessin. Mais toutes doivent faire face à une société façonnée par et pour les hommes, qui n’hésite pas à briser celle qui sort du rang assigné. Qui ne cesse de bercer les filles d’histoires pour leur faire croire qu’elles sont des princesses alors que toute la vie se charge de leur apprendre qu’elles ne le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés