Le financement des entreprises au cœur de tensions entre banques et patronat

Dans une réponse à une lettre du patron de la CGEM Chakib Alj exhortant les banques à soutenir les entreprises, le GPBM se dit indigné par un contenu “inadmissible et infondé”.

Par

Othman Benjelloun, Chakib Alj, Mohamed El Kettani. Crédit: Collage TelQuel

Le jeudi 26 mars, le patron de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) Chakib Alj envoyait une lettre à destination du président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), Othman Benjelloun, dans laquelle il constatait “des écarts et des situations en décalage” avec les principes d’accompagnement des entreprises par les banques pour traverser cette crise exceptionnelle.

Les banques indignées

Le patron des patrons notait également qu’il était “urgent de mettre en place le dispositif prévu avec la CCG (Caisse Centrale de Garantie, ndlr) à un niveau suffisant pour rétablir un sentiment de sécurité des entreprises”.

à lire aussi

Le vendredi 27 mars, le GPBM répond à travers une lettre à l’adresse de Chakib Alj. Dans cette missive, dont TelQuel détient copie, le secteur bancaire se dit “indigné par ce genre de discours qui, au lieu d’unir toutes les forces vives du pays face à cette crise, tend au contraire à diviser et à semer inutilement la panique”.

Inadmissible et infondé

Jugeant le contenu de la lettre du patron de la CGEM “inadmissible et infondé dans son esprit”, le GPBM demande officiellement au patron des patrons de lui communiquer “la liste des clients des banques qui se seraient heurtés aux irrégularités pointées du doigt par ce dernier”.

Plusieurs observateurs ont noté que la lettre était signée non seulement par le président du GPBM, Othman Benjelloun, mais aussi, fait inhabituel, par son vice-président délégué, le patron du groupe Attijariwafa bank, Mohamed El Kettani.

article suivant

6 août : 14 morts et 1.144 nouveaux cas en 24 heures, ​29.644 au total