Fathallah Oualalou : “La Méditerranée n’est plus qu’un lieu de passage, un résidu”

Dans ‘La mondialisation et nous’, l’ex-ministre de l’Economie et des 
Finances Fathallah Oualalou décrit les vertus potentielles d’une globalisation multipolaire, vertueuse et inclusive. Un paradigme au sein duquel le Maroc pourrait s’épanouir si tant est qu’il effectue les bons choix stratégiques.

Par

TNIOUNI/TELQUEL

Enjeux climatiques, sécuritaires, stratégiques, économiques… l’ex-ministre de l’Economie et des Finances Fathallah Oualalou décrypte les opportunités sur lesquelles le Maroc pourrait capitaliser pour s’affirmer en tant qu’acteur majeur d’une mondialisation d’un type nouveau, une mondialisation qui prendrait racine dans la Mare nostrum et nourrirait l’espoir d’une renaissance, à la fois de la multipolarité et d’une intégration maghrébine actuellement à l’arrêt. A travers ce troisième volet d’une trilogie ouverte avec La crise économique et nous, suivi de La Chine et nous, l’ancien pilier du socialisme marocain recourt à son érudition économique pour situer le rôle du royaume dans un monde faisant face à des évolutions géostratégiques protéiformes. Comment positionner idéalement notre pays dans des chaînes de valeurs de plus en plus dominées par l’Asie? Comment accroître les synergies avec le continent africain…

article suivant

Le roi Mohammed VI rend hommage à Abderrahmane Youssoufi