Zakaria Boualem, les moqaddems et la marocanisation du monde

Par Réda Allali

Il arrive que, de temps en temps, une charge inattendue de gloire vienne s’abattre sur nos têtes. Entre deux affaires scabreuses de viol ou de Hamzamonbb (accompagnées par leurs inévitables commentaires encore plus scabreux), on découvre, surpris, une information qui flatte notre ego collectif en souffrance.

“La France envisage de recruter des moqaddems. C’est une information formidable, la démonstration de notre génie administratif […] Il faut donc leur envoyer les nôtres, tous”

Réda Allali
Voici l’affaire, sans plus de formalités: un respectable candidat à la mairie de Paris propose de recruter des “managers de rue” pour “aider à régler les problèmes de l’espace public”. Zakaria Boualem vous traduit: la France envisage de recruter des moqaddems. C’est une information formidable, la démonstration de notre génie administratif, la reconnaissance de la supériorité du modèle marocain… Il faut donc, sans hésiter, leur envoyer les nôtres, tous. Oui, au nom de l’amitié franco-marocaine, parachuter des cohortes de moqaddems en France avec la difficile mission de diffuser leur savoir-faire. Certes, on devra à l’avance désactiver les options liées à l’espionnage sexuel des habitants, mais cela devrait être simple….

article suivant

42 millions de dirhams pour la Cité de l’Innovation Souss-Massa, inaugurée par Mohammed VI