Benchemach pointé du doigt pour sa gestion controversée du PAM – Telquel.ma

Benchemach pointé du doigt pour sa gestion controversée du PAM

La grogne monte contre le secrétaire général du PAM, à qui des responsables du parti reprochent une gestion unilatérale où « les égos prennent le dessus sur la sagesse ».

Par

Le secrétaire général du PAM, Hakim Benchamach. Crédit: Tniouni/Telquel

Il semble aujourd’hui que le parti est tombé dans une basse surenchère d’égos et que certains, pour défendre leurs petits intérêts, sont prêts à mettre à mort cet énorme projet. » La sentence est de Fatima Zahra Mansouri, présidente du Conseil national du PAM. Dans une missive adressée récemment au patron du parti du tracteur Hakim Benchemach, l’ancienne présidente du Conseil communal de Marrakech ne mâche pas ses mots : « J’ai voté pour vous et me suis même transformée en directrice de campagne en étant persuadée que vous vous inscrivez dans la lignée de ces grands hommes, mais malheureusement le changement et la rupture promis ne viennent pas, la déception grandit et les égos prennent le dessus sur la sagesse », écrit-elle, se gardant de détailler les griefs reprochés au secrétaire général du PAM.

La deuxième force politique serait-elle au bord de l’implosion ? Sitôt sa lettre fuitée, Fatima Zahra Mansouri a tenté de nuancer ses propos pour éteindre la polémique. « Contrairement à certaines annonces, je n’ai pas envoyé de lettre ouverte au secrétaire général mais un simple WhatsApp qui a ensuite fuité et dont le contenu a été déformé », a-t-elle déclaré à Médias24. Et de se réjouir même qu’« aujourd’hui plus qu’hier, le PAM n’a jamais été aussi vivant sachant que toutes les sensibilités peuvent s’y exprimer librement sans qu’il y ait de clans dans notre parti. »

Mais la crise semble pourtant bien réelle. En témoignent les propos de Mehdi Bensaid, membre du bureau fédéral du parti, qui a publié le 26 novembre une tribune sur le Huffington Post dans laquelle il revient sur l’évolution du PAM depuis sa naissance. « Aujourd’hui, force est de constater que la volonté politique de changement manque au leadership du parti. Tandis que les militants ont placé leur confiance en sa capacité d’initiative, il se retrouve aujourd’hui prisonnier de la gestion des affaires courantes, et du monopole décisionnel, mortel pour le projet de société », regrette le militant en se gardant lui aussi de citer les décisions prises unilatéralement par le successeur d’Ilyas El Omari.

Selon plusieurs sources médiatiques, la colère de certains militants aurait pour origine les sanctions infligées à certains responsables régionaux du parti lors d’une récente réunion à Marrakech. Parmi eux, Ahmed Akhchichine, une des principales figures du PAM, qui aurait écopé d’un blâme. « C’est le genre de décisions qu’on reproche à Hakim Benchemach. Une sanction, qu’il s’agisse d’un gel ou d’un blâme, ne doit pas être prise d’une manière unilatérale. Il y a des procédures pour cela », déplore un responsable du parti du tracteur, joint par TelQuel.

« Ce n’est pas tant destituer le secrétaire général que rectifier le tir qui nous intéresse », nous explique Mehdi Bensaid, qui pointe du doigt « l’écart entre le projet sociétal initial du parti et le driving d’aujourd’hui. » Une sonnette d’alarme, à en croire l’ex-député, pour mettre en garde contre la transformation du tracteur en simple machine électorale. « Nous ne voulons pas devenir uniquement une machine électorale. Certes, l’objectif de tout parti politique est de gagner les élections mais il faut aussi être porteur d’idées et de valeurs », poursuit-il. Et de conclure : « Aujourd’hui, les citoyens font plus confiance à l’institution policière et militaire  qu’aux partis politiques, qui sont censés défendre leurs intérêts. »

article suivant

Ce que dit Abderrahmane Youssoufi de la "main tendue" de Mohammed VI à l'Algérie

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.