Laaraj appelle les médias en ligne à plus de vigilance concernant les commentaires « illicites »

Dans un communiqué diffusé le 15 septembre, le ministère de la Communication appelle les responsables de sites d’information à veiller à la non-diffusion de commentaires insultants ou illicites sur leurs plateformes.  Un « rappel » qui fait suite à plusieurs « plaintes » envoyées au département de tutelle.

Par

Mohamed Laaraj, donnant une déclaration à la MAP Crédit: MAP

Le ministère de la Communication monte au créneau. Dans un communiqué diffusé dans la soirée du 15 septembre, le département de Mohamed Laaraj invite les médias électroniques « à veiller sur la mise en place des dispositions de la loi relative à la presse et à l’édition concernant les informations et les allégations fausses contenues dans les commentaires sur une nouvelle ».

Citant l’article 36  du Code de la presse, le ministère de tutelle rappelle également que « les commentaires des visiteurs du journal électronique sont soumis au principe de la liberté et la responsabilité et que le directeur de publication a l’obligation de ne diffuser aucun contenu constituant un crime au regard de la loi, et de retirer le commentaire ou le lien si le préjudice est établi ».

Il s’agit de la première communication du ministère de tutelle sur les commentaires des sites d’informations. Citant des « sources de la profession », le site d’information Ledesk.ma affirme que ce communiqué du département de Mohamed Laaraj vient en réaction à « certains commentaires offensifs, voire pour certains attentatoires à la personne du roi Mohammed VI » accompagnant des articles relatifs à un déplacement personnel du souverain aux Seychelles. La même source précise que «la direction de quelques médias en ligne, dont un site arabophone à forte audience, particulièrement »sont particulièrement visés par le communiqué diffusé  le 15 septembre.

Contacté par Telquel.ma, le ministre de la Communication, Mohamed Laaraj, nie que cette communication, qu’il qualifie de «rappel »,  vient en réaction  à tout commentaire lié au roi Mohammed VI. « Au ministère de la Communication nous recevons chaque jour des plaintes émanant de personnes mentionnées dans des articles de presse et qui dénoncent les insultes dont elles font l’objet sur certains sites. Nous leur répondons qu’ils doivent faire face à l’opinion publique mais aussi que la loi est de leur côté »  nous indique Mohamed Laaraj sans pour autant mentionner les personnalités à l’origine de ces plaintes ni les médias concernés par ce rappel.

Le ministre insiste également sur le fait que cette communication ne concerne pas les commentaires sur les réseaux sociaux tout en précisant que c’est dans une optique d’ « amélioration et de professionnalisation »  que la communication du 15 septembre a été diffusée.

article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc