Au MP, les candidats à la succession de Laenser tardent à se déclarer

Au MP, les candidats à la succession de Laenser tardent à se déclarer

Membre de la majorité gouvernementale, le Mouvement populaire (MP) tiendra du 28 au 30 septembre prochains son 13e Congrès. Sans rompre avec son positionnement, l'un des plus vieux partis marocains pourrait renouveler sa direction à cette occasion.

Par

Mohamed Hassad, Mohand Laenser et Mohamed Moubdii Crédit: Toumi / Tniouni / TelQuel

La commission préparatoire du 13e Congrès du MP s’est réunie le 4 août dernier à Rabat. C’était sa deuxième rencontre en cinq mois après celle du 7 avril. Composée des membres du Bureau politique avec le député de Ouarzazate Said Ameskane à sa tête, cette commission s’est notamment penchée sur l’amendement du règlement intérieur du parti.

« Le résumé des travaux a été exposé au Bureau politique non pas pour statuer sur les décisions prises – car la commission est indépendante -, mais pour consulter et recueillir l’avis de tous, » fait savoir Said Ameskane. Il ajoute que « la sous-commission des règlements et lois s’est réunie plus de 15 fois avant de préparer le texte définitif ».

La révision des statuts du parti a surtout concerné les conditions d’éligibilité du futur secrétaire général de la formation. Les prétendants à cette fonction seront désormais exemptés de tout passage par le bureau politique du parti, ou encore de l’obligation d’y avoir siégé pendant une période minimum d’un an.

Si cette dernière condition ouvre la voie à l’ancien ministre de l’Intérieur, Mohmed Hassad pour prendre les rênes du parti à l’épi, rien n’exclut une candidature de Mohand Laenser, patron de la formation depuis 32 ans et héritier de Mahjoubi Aherdan, le fondateur du MP.

Un vieux lion toujours en course ?

« Je n’ai pas encore pris ma décision, mais je la rendrai publique à l’approche du congrès », nous déclare le secrétaire général sortant Mohand Laenser. Actuel président de la région Fès-Meknès qui renferme plusieurs fiefs Harakis menacés ou en recul, il nous explique que son choix « dépendra d’une combinaison de plusieurs éléments : les candidats potentiels, le sentiment au sein de la famille MP ainsi que [mes] contraintes personnelles qui peuvent pousser dans un sens ou dans l’autre ».

Malgré ses trois décennies passées aux commandes, et des déclarations qui laissaient entendre un retrait  la vie politique à l’issue de son mandat de président du conseil régional, la reconduction du natif d’Imouzzer Marmoucha à la tête du MP ne souffre d’aucune irrégularité sur le plan juridique. « C’est ce que m’a fait entendre la Commission préparatoire qui analysait les statuts internes. Nous sommes engagés dans la nouvelle loi sur les partis politiques qui s’applique pour nous à partir de 2014, puisque nous avons fait le congrès de l’adaptation en 2013,  » nous précise-t-il.

Mohand Laenser affirme accepter un climat de concurrence, mais il insiste également sur un bilan d’étape à effectuer durant le rendez-vous de fin septembre. «  Il faudrait voir si la perte de quelques places fortes n’est pas de notre faute. D’autant plus que nos bases restent assez solides et qu’il faudrait revoir l’encadrement et le choix des candidats dans chaque circonscription, » annonce-t-il.

S’agissant de ses soutiens, l’homme fort du MP affirme ne compter que sur le seul plébiscite des congressistes, s’il décide de se présenter une nouvelle fois. « Il faut admettre que ça peut ne pas marcher cette fois-ci. Mais quand on ne veut pas perdre, on reste chez soi  », philosophe-il.

Néophyte mais chevronné

Autre sérieux prétendant sans l’avoir officiellement annoncé, Mohamed Hassad se voit en mesure de challenger Laenser après l’amendement de l’article 50 du règlement interne du MP. Celui qui interdisait à un membre de se porter candidat à la chefferie du parti moins d’un an après son adhésion.

Aussi bien avant qu’après son limogeage du ministère de l’Education national en octobre 2017 suite à la remise  d’un rapport de la Cour des comptes au roi Mohammed VI sur les projets du programme Al Hoceima Manarat Al Moutaouassit, Hassad a pris part à un ensemble de réunions au niveau central et provincial. Une preuve d’implication selon de nombreux dirigeants.

« Hassad est un homme dynamique et de parole. Depuis sa venue, il a contribué à régler plusieurs dossiers internes restés en suspens, en plus d’effectuer plusieurs déplacements dans les régions, » nous témoigne Adil Essoubai, député MP de Safi. Conscient du poids et de l’emprise de Mohand Laenser sur le parti, notre interlocuteur estime que ce dernier « pourrait céder sa place, s’il le veut à Hassad, voire l’aider à mettre en place une nouvelle équipe. Mais s’il était candidat, Laenser partirait largement favori  ».

Cet avis n’est pas partagé par tous les Harakis, dont certains voient déjà dans l’ex ministre de l’Intérieur le prochain chef de parti. C’est le cas de Mustapha Aslalou, membre du Bureau politique. A l’occasion du débat ayant suivi l’exposition de la Commission préparatoire le 4 août, il a exigé la distribution du rapport organisationnel du Congrès à tous les membres pour s’« assurer de la validité de l’orientation consistant à appliquer l’amendement de l’article 50 du Statut interne à partir du 13e Congrès et non à partir du 14e en 2022, et déterminer les modalités de nomination et de vote ».

Figure d’outsider

Le président du groupe parlementaire MP Mohamed Moubdii est l’autre dirigeant Haraki à ne pas exclure la possibilité de présenter sa candidature. «  Nous peaufinons les derniers points juridiques qui vont encadrer notre congrès. Ce n’est qu’ensuite que chacun se penchera sur le bilan en préparant un projet ou en adhérant à un autre, » nous avise-t-il. Ne comptant pas, dans un premier temps, se prononcer en faveur de Laenser ou de Hassad, l’élu de Fkih Ben Salah souhaite garder toutes ses chances afin de créer la surprise.

Pour lui, «  les compétences du futur chef doivent aller de pair avec les exigences du moment. Le MP a ses spécificités, marquées notamment par l’esprit d’entente entre ses membres. Nous savons faire preuve de proactivité bien avant la tenue de nos congrès ».

Se défendant de vouloir réduire cet événement à une simple élection du secrétaire général, Moubdii considère que le MP s’est « lancé dans une profonde phase de gestation, comme en atteste les discussions qui ont eu lieu au sein de la Commission préparatoires » dont il est également membre. Des réunions « sérieuses, responsables, démocratiques et libres » d’après lui.

En clair, deux choix s’imposent au MP selon l’ex ministre de la Fonction publique : « soit le renouveau soit la continuité en posant des mécanismes de prise de décision collective  ». Tout comme Laenser dans ses points d’ancrage au Moyen-Atlas et Hassad pour le Souss et l’Anti-Atlas, Mohamed Moubdii compte s’appuyer sur les bases du parti dans la région du Tadla-Azilal (dont il est vice-président) pour espérer devenir le troisième patron d’une formation politique née en 1959.

article suivant

Au Mali, l'opposition veut entrer en "résistance" face à IBK

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.