Devant son ancien camarade Boussaid, Mezouar expose les doléances du patronat

Le nouveau patron des patrons, Salaehdine Mezouar, s'est entretenu avec le ministre des Finances. Cette première rencontre majeure du mandat de l'ex-chef du RNI avec Mohamed Boussaid a été l'occasion d'évoquer la question des délais de paiement, entre autres.

Par

Salaheddine Mezouar et Mohamed Boussaid se sont entretenus sur les délais de paiement. Crédit: Tniouni/TelQuel

Pour sa première sortie depuis son élection à la tête de la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM), Salaheddine Mezouar s’est entretenu, le 10 juillet, avec le ministre des Finances, et ancien camarade du RNI, Mohamed Boussaid. Principal sujet évoqué lors de cette rencontre (à laquelle ont notamment participé Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank et Abderrahim Bouazza, DG de Bank Al-Maghrib) les délais de paiement.

Le nouveau patron des patrons a alerté le ministre sur une « augmentation sans précèdent » des délais de paiement. Ces délais ont battu « tous les records » selon Mezouar qui n’a toutefois avancé aucun chiffre. Le nouveau chef de la CGEM assure toutefois que le département de Mohamed Boussaid n’est pas le seul responsable de cette situation.

« Les pressions sont multiples. Les recherches d’équilibres sont difficiles », a déclaré Salaheddine Mezouar avant de souligner l’importance de s’accorder avec l’Etat sur la dynamique et les actions à mener pour atténuer cette augmentation des délais de paiement.

Dans une étude publiée au mois de juin, le cabinet Inforisk, spécialiste des informations légales sur les sociétés marocaines, avait dévoilé un lien de corrélation « évident » entre les délais de paiement et la capacité des entreprises à honorer leurs engagements financiers. Près de 40 % des défaillances des entreprises seraient ainsi engendrées par des défauts de paiement. Près de la moitié des entreprises marocaines font faillite pour des paiements jamais reçus.

« Le secteur privé n’a pas le moral »

La rencontre avec Mohamed Boussaid a également été l’occasion pour Salaheddine Mezouar de dresser un tableau noir de la situation du secteur privé marocain. « Le secteur privé n’a pas le moral. On sent une certaine déprime chez une grande partie des opérateurs », a déclaré l’ex-ministre de l’Economie, cité par nos confrères de Medias24.

« Il faut que la confiance soit rétablie », a insisté le patron des patrons qui a demandé la publication de textes d’applications de la loi relative aux délais de paiement, ainsi qu’une plus grande implication de l’Etat qui « doit donner l’exemple » en matière de comportement de paiement.

Salaheddine Mezouar a également proposé de mettre en place une commission pour le traitement du volet fiscal et des crédits TVA. En 2017, 8 milliards de dirhams de crédits TVA sur un total de 14,2 milliards de dirhams ont été traités par affacturage. 6,2 milliards doivent donc encore être traités. Mezouar propose la création d’une cellule ad hoc pour traiter la question de la neutralité de la TVA.

Un nouvel observatoire 

Cette rencontre était aussi l’occasion pour Mohamed Boussaid et Salaheddine Mezouar de lancer l’observatoire des délais de paiement. Constituée de représentants du public et du privé, cette instance consultative sera au service des autorités gouvernementales sur tout ce qui concerne les délais de paiement. Le ministre en a d’ailleurs proposé la coprésidence au chef de la CGEM.

Dans ce cadre le ministère des Finances a créé un site web afin de collecter les réclamations des fournisseurs sur les délais de paiement. En parallèle, un comité ad hoc a aussi été créé et sera chargé de rédiger une feuille de route pour la mise en œuvre effective de l’observatoire et la préparation de son règlement intérieur.

article suivant

RAM : Addou renonce-t-il à sa stratégie uniquement à cause des pilotes ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.