Procès du Hirak : des photos d'armes comme pièces à conviction ?

Le procès de 54 détenus du Hirak s'est poursuivi le 2 février à la Cour d'appel de Casablanca, où des photos d'armes retrouvées dans le téléphone d'un accusé ont fait irruption dans la salle d'audience.

Par

La Cour d'appel de Casablanca. Crédit : DR

Alors que l’accusé Mohamed Megouh s’est présenté à la barre, le juge Ali Tarchi a fait défiler des photos d’armes retrouvées dans son téléphone. L’accusé a d’abord indiqué qu’il s’agissait de jouets en plastique, avant d’expliquer que « c’est un de ses amis, travaillant dans un magasin de vente d’armes aux Pays-Bas qui les lui a envoyées« .

Le président du tribunal a ensuite interrogé l’accusé sur la nature d’une autre photo où il pose avec une arme en compagnie d’une autre personne. « Cet ami pratique la chasse et est détenteur d’une licence pour possession de fusil de chasse« , a-t-il justifié.

Pour mémoire, « participation à un attroupement armé » et « incitation à la révolte armée » font partie de la longue liste de chefs d’inculpation retenues contre les leaders du Hirak.

Lire aussi : « Es-tu Marocain ? » La question du juge indigne les accusés du procès du Hirak

article suivant

Agression d'une élève à Khouribga : après une vague de soutien au professeur, le père retire sa plainte

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.