De retour, le collectif TKLM ambitionne de devenir l'écho de l'expression libre

Magazine, open mic, ateliers, compétitions de slam... avec une panoplie de nouveautés, le collectif TKLM signe son grand retour pour promouvoir l'expression libre.

Par

Ils sont de retour et le font savoir. Après une année d’absence,  le collectif TKLM (parle en darija, ndlr) espère regagner sa place au cœur de la scène culturelle marocaine avec un nouveau programme.  Né en 2013 sous le nom de G38′ Rabat, le collectif espère « promouvoir l’expression et la pensée libres auprès des jeunes sans conditionnements » nous explique Imane Qmichou, cofondatrice et chargée de programmation et partenariat de TKLM.

Le collectif se focalisait auparavant sur l’art oratoire en confrontant les performeurs et en synchronisant idées et voix devant un public. Un temps révolu pour Imane. « Aujourd’hui, notre ambition est de devenir l’écho de l’expression libre » nous dit celle qui multiplie ses engagements culturels et artistiques en parallèle de ses études de marketing. Objectif affiché : favoriser l’échange pour créer « un mouvement de jeunes conscients, philanthropes ayant un regard critique sur ce qui les entourent« , poursuit-elle.

Outre ses activités phares comme les ateliers et l’open mic qui ont réussi à mobiliser pas moins de 1 000 personnes, TKLM prévoit pour son retour une programmation riche et pluridisciplinaire. La première activité qui se distingue, c’est TKLM b’tswira (Parle en photo, ndlr). Ayant pour objectif la démocratisation de la photographie au Maroc, cette activité mettra en place des challenges sur les réseaux sociaux, des walks de photographie et des expositions dans les grandes villes.

Avec TKLM f’zen9a (parle dans la rue, ndlr), le collectif investira les espaces publics pour aller à la rencontre d’un autre public, en dehors des cafés, des théâtres et des galeries. Un magazine – en ligne dans un premier temps et papier ensuite – verra le jour également pour promouvoir l’art oratoire, où seront publiés les textes d’artistes, slameurs, performeurs et poètes. Ces derniers auront l’occasion de participer à la première compétition nationale de slam au Maroc.

Autre nouveauté du programme, une série de talks et de débats, baptisée « Dardachat », autour des thématiques qui touchent et mobilisent la communauté créative marocaine et auxquels prendront part artistes, chercheurs et autres acteurs culturels. Et c’est avec Dardachat que TKLM compte lancer son programme, le 19 janvier à Hiba Lab, en discutant de l’histoire et des rouages de l’expression artistique orale au Maroc. Ce débat sera suivi d’un show de Kabareh Cheikhate au café Renaissance  pour rendre hommage au patrimoine oral de la chanson marocaine.

article suivant

Maroc-Portugal : le président Marcelo Rebelo de Sousa assistera au match

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.