Changer.ma, l'initiative qui "veut réveiller les consciences"

Changer.ma, l'initiative qui "veut réveiller les consciences"

Anouar Zyne a officiellement lancé son mouvement changer.ma lors d'une première réunion tenue le 11 janvier. Aux côtés de cet ancien militant de l'Union constitutionnelle, une centaine de membres ont présenté leurs initiatives citoyennes.

Par

Crédit : Aicpress

C’est la première fois que les 100 « membres fondateurs » du mouvement Changer.ma, actifs sur la toile depuis des mois, se retrouvent physiquement. La nouvelle plateforme a été lancée en octobre 2016 par Anouar Zyne. Le 11 janvier, les instigateurs du projet se sont regroupés lors d’un premier meeting pour discuter des initiatives et mettre en place un plan d’action. Un député, des artistes comme Bigg, des militants associatifs, des étudiants et des citoyens engagés, ont décidé de joindre leurs efforts pour « changer le monde ».

Parmi eux, Fatima-Zahara Outia, professeur d’économie et sciences sociales dans un lycée public. En parallèle de ses cours, elle dispense bénévolement du coaching scolaire auprès de petits groupes de lycéens. « J’accompagne les gens pour leur réussite personnelle. Je leur apprends à adopter une attitude positive, car les jeunes manquent de motivation quand ils sortent du secondaire« , décrit-elle. Lors de la réunion du 11 janvier, elle a présenté son initiative, persuadée que changer son entourage est déjà un petit pas vers une société meilleure.

Accroître la participation citoyenne

« Nous voulons mettre en valeur les personnes qui mènent des actions au quotidien« , explique Anouar Zyne qui mentionne un étudiant en médecine,également membre du mouvement, qui distribue des livres gratuitement aux enfants quand il travaille comme plagiste l’été. Anouar Zyne entend « réveiller les consciences » et booster la demande politique des citoyens qui est trop faible selon lui. « En tant que libéral, j’observe qu’il y a assez d’offre politique et de partis. Le problème, c’est la demande et le manque de citoyens engagés« , conclut celui qui a porté durant des années les couleurs de l’Union constitutionnelle. « Seulement sept millions de personnes ont voté, et on a attendu 100 jours pour former un parlement et sur instruction royale! Pourtant, personne n’est sorti dans la rue pour protester« , s’indigne Anouar Zyne, qui a quitté l’UC avant les élections du 7 octobre.  »

Lire aussi : Anouar Zyne claque la porte de l’UC

Ce ne sont pas les initiatives qui manquent. « Je me suis engagé dans le mouvement Changer.ma, car il veut accompagner les nombreuses associations citoyennes en faisant la promotion de leurs expériences et leurs idées« , explique Mustapha Boutmil, qui suit le parcours d’Anouar Zyne depuis ses années à l’UC. Directeur régional d’une multinationale, il souhaite donner plus de visibilité à ses initiatives.

À la pêche aux jeunes

Anouar Zyne fait confiance à la jeunesse. « J’ai fait le tour des grandes écoles et des universités« , explique-t-il. « Même si l’on n’exclut pas les seniors puisqu’on a besoin d’experts, c’est chez les jeunes que l’on trouve le plus cette idée de changement« , ajoute-t-il.

Il est par exemple allé chercher Ghadir Raghni Elidrissi,  blogueuse de 20 ans, pour intervenir le 11 janvier. « Je voyage beaucoup, j’ai visité douze pays et j’ai tout payé seule alors que j’ai 20 ans. En parallèle, je fais deux masters« , détaille la jeune femme. Pour elle, le changement passe par la découverte de l’ailleurs et la curiosité – « et en abattant les barrières que nous nous mettons nous-mêmes ». « Quand je voyage, le cliché de la Marocaine prostituée me poursuit. Alors, j’essaie de changer l’image que les gens peuvent avoir de moi avant d’agir dans mon entourage et que cela se répercute« , explique la blogueuse. Tout l’esprit du mouvement d’Anouar Zyne, qu’elle a découvert lorsque ce dernier est venu la chercher pour intervenir. « J’y ai retrouvé des gens qui partagent la même philosophie que moi« , poursuit Ghadir.

Lire aussi : « En Marche Maroc » : les Marocains qui tombent sous le charme d’Emmanuel Macron

En plus d’aller chercher des jeunes sur le terrain, Anouar Zyne mise sur le web pour pérenniser le mouvement. « Ce mouvement est très axé sur les réseaux sociaux« , explique celui qui est aussi un expert en communication politique. Ce cœur de cible ressemble à l’initiative « En Marche » d’Emmanuel Macron. « Moi, je n’ai pas du tout l’intention de former un parti« , nuance toutefois Anouar Zyne.

article suivant

Genève III sera “un tournant”... ou le Maroc n'y retournera pas

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.