Christopher Ross bientôt en tournée dans la région pour « relancer des négociations »

L'envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU Christopher Ross a pris contact avec les parties prenantes pour souligner « la nécessité de réactiver le processus de négociations au Sahara ».

Par

Christopher Ross est "persona non grata" au Sahara selon Salaheddine Mezouar. Crédit: DR
Christopher Ross. Crédit: DR

Les Nations unies préparent une « proposition formelle » pour relancer les négociations sur le Sahara et leur émissaire envisage une tournée dans la région, a indiqué le 1er août un porte-parole des Nations unies relayé par l’AFP.

L’émissaire Christopher Ross a pris contact depuis une semaine avec les parties prenantes pour souligner « la nécessité de réactiver le processus de négociations au Sahara » et de fixer les dates d’une prochaine visite, a expliqué pour sa part  le porte-parole adjoint de l’ONU Farhan Haq. « Une proposition formelle est en train d’être faite aux parties et aux pays voisins », a-t-il ajouté sans donner de détails.

Le Conseil de sécurité avait réclamé, le 26 juillet, la reprise des négociations menées sous l’égide de l’ONU. Ces pourparlers sont dans l’impasse malgré quatre rounds de discussions entre Rabat et le Polisario avec la médiation de l’ONU.

Le Conseil avait aussi noté des progrès dans le règlement du différend entre le secrétaire général de l’ONU et Rabat, qui s’était suivi de l’expulsion d’experts civils de la Mission de l’ONU au Sahara (Minurso). Désormais, « rien ne s’oppose à ce que M. Ross retourne dans la région pour poursuivre ses efforts de facilitation », a affirmé le porte-parole à l’AFP. Et d’ajouter : « Je pense qu’il peut retourner dans la région à n’importe quel moment. » Les dates de cette tournée n’ont cependant pas encore été fixées.

                Lire aussi : Boukentar : « Le Maroc pousse Christopher Ross vers la sortie »

                Lire aussi : Signe d’apaisement entre le Maroc et Ban Ki-moon ?

Le Maroc « ouvert au dialogue »

Dans son discours tenu à l’occasion du la fête du Trône le 30 juillet dernier, le roi Mohammed VI a déclaré  que « le Maroc restera ouvert et constamment disposé au dialogue constructif pour parvenir à un règlement politique définitif de ce conflit artificiel ». Signe d’apaisement, Ban Ki-moon a assisté à une cérémonie à New York à l’occasion de la fête du Trône, au cours de laquelle le diplomate Sud-Coréen « s’est félicité de l’engagement personnel du roi pour les grandes causes des Nations unies ». 

Un peu plus d’un mois plus tôt, celui qui assurait alors le poste de secrétaire général par intérim du front Polisario, Khatri Addouh avait appelé, dans une lettre adressée le 26 juin au secrétaire générale de l’ONU à « élaborer un plan pour le processus des pourparlers directs, intenses et de haut niveau entre le Front Polisario et le Maroc, en présence des acteurs principaux des deux parties »,  afin de résoudre le conflit du Sahara « à la fin de l’année 2016 ».

Notons que Christopher Ross, auquel le Maroc avait un temps retiré sa confiance en 2012 en l’accusant de « partialité », a repris ses efforts diplomatiques en février 2015. Il avait revisité la région la même année sans grand succès. L’émissaire de l’ONU avait également été annoncé à Rabat en fin mars à l’invitation du gouvernement marocain mais n’avait finalement pas fait le déplacement. Ceci en raison de tensions entre le royaume et Ban Ki moon après que ce dernier a qualifié la présence marocaine dans les provinces du Sud d’« occupation » durant ses visites à Alger et Tindouf.