Amendis: Les parlementaires PJD entrent en ligne

Selon le groupe parlementaire du PJD à la chambre des représentants, Amendis doit justifier son système de facturation et expliquer la cherté des factures.

Par et

Manifestations contre Amendis à Tanger le samedi 31 novembre.

Suite aux protestations des citoyens à Tanger et les instructions envoyées par le ministère de l’intérieur à la société Amendis concernant la cherté les factures, le groupe parlementaire du PJD à la chambre des représentants a déposé une demande au bureau de la présidence de la Commission des finances afin de constituer une commission d’investigation concernant cette affaire.

Dans sa demande, le groupe parlementaire explique que «depuis 2008, les villes du nord du Maroc souffrent d’une hausse des factures d’eau et d’électricité alors que les autorités compétentes ne donnaient pas de réponses ni de justifications convaincantes». Et d’ajouter «qu’Amendis a justifié la cherté des factures par le système des tranches alors que personne, excepté l’entreprise, ne connaît son mode de calcul»

Pour cela, le PJD veut créer cette commission pour «vérifier la crédibilité du système de facturation et sa conformité avec les déclarations d’Amendis et voir également jusqu’à quel point cette entreprise respecte les engagements stipulées dans la convention de la gestion délégué».

Pour le moment, cette demande est déposée au bureau de la présidence de la Commission des finances. Elle devrait être transférée au bureau de la chambre des représentants qui décidera si cette commission sera ou non constituée.

A noter que la situation entre Amendis et les citoyens de Tanger s’est dégradée un peu plus depuis des semaines. En cause, la hausse des factures d’eau et d’électricité pour les mois de juillet et août 2015.  Des manifestations ont lieu dans la ville du Détroit  au mois d’octobre pour contester cette situation. Une « commission spécialisée » dirigée par le ministère de l’Intérieur et le wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima a même été constituée le 24 octobre pour « étudier les plaintes des citoyens » concernant la cherté des factures d’eau et d’électricité.

Lire aussi : Tanger/Amendis : Faut-il revenir à la gestion publique pour l’eau et l’électricité?

Lire aussi : Les cinq griefs de la Cour des comptes contre Amendis

article suivant

Le journaliste Driss Ouhab n’est plus