El Khalfi écrit à Human Rights Watch pour dénoncer le comportement de ses enquêteurs

Le ministre de la Communication a envoyé une lettre incendiaire au patron de Human Rights Watch, lui reprochant le manque d’impartialité de l’ONG.

Par

Le ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi. Crédit: Rachid Tniouni

Les autorités nous ont habitués à répondre du tac au tac aux rapports d’Amnesty InternationalReporter sans frontières ou Human Rights Watch (HRW) sur le Maroc. Mais, cette fois-ci, l’information peut surprendre. Le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication Mustapha El Khalfi a adressé le 21 septembre un courrier au patron américain de HRW Kenneth Roth pour se plaindre de ses équipes. Le document est révélé par le journal français L’Opinion qui a eu confirmation auprès du cabinet du ministre PJD de l’envoi de cette lettre.

Dans ce courrier, Mustapha El Khalfi dénonce ce qu’il qualifie d’ « absence totale de neutralité et d’objectivité » des rapports, le « travail de sape » des équipes de l’ONG qui mèneraient une « politique préméditée de dénigrement systématique et de dévalorisation injustifiée ». Une politique dont l’objectif est de « ternir l’image de ses institutions et acquis démocratiques sur la base de jugements préétablis ».

« Ils préfèrent combiner de longues séances de shopping »

Mustapha El Khalfi va plus loin, en expliquant que les enquêteurs de HRW s’entourent, d’après lui, d’ « individus aux agendas personnels bien connus », de « personnes-ressources aux opinions négationnistes minoritaires déjà arrêtées et largement connues ». Et l’Opinion de citer Moulay Hicham, membre du comité de conseillers pour la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord, ou encore le journaliste Ahmed Benchemsi, nommé en août dernier directeur des communications et plaidoyers pour la zone.

Plus surprenant, le ministre de la Communication reproche aux enquêteurs de l’ONG américaine de profiter du Maroc et de s’y détendre. Il écrit qu’ « ils usent et abusent de l’ouverture du Maroc et de son hospitalité […] préfèrent joindre l’utile à l’agréable au Maroc, combiner de longues séances de shopping avec quelques rencontres […] ».

Pour HRW, une lettre « inutilement agressive »

Cette lettre vient quelques semaines après un récent communiqué de HRW qui félicitait le Maroc de la reconnaissance officielle d’une association de défense des droits des Sahraouis. Interrogé par L’Opinion, Ahmed Benchemsi s’est dit « surpris » de cette lettre, « dont le fond est injustifié et la forme inutilement agressive », avant de reconnaître que « les autorités nous ont toujours accueillis et permis de travailler sans entrave ».

La lettre de Mustapha El Khalfi demande à l’ONG de stopper son activité jusqu’à que se tienne une réunion avec Kenneth Roth. Cette réunion est déjà en cours de préparation, a indiqué Ahmed Benchemsi au journal français.

Lire aussi : Human Rights Watch tempère ses critiques à l’égard du Maroc

article suivant

Spécial rentrée littéraire : “La porte du voyage sans retour” de David Diop