Pierre & Vacances quitte (discrètement) le Maroc

Alors qu’il annonçait il y a quelques années de grands projets touristiques au Maroc, le groupe Pierre & Vacances se retire discrètement de ses engagements dans le royaume.

Par

" Images non contractuelles" précise cette vue 3D du projet de Pierre & Vacances à Marrakech

Le départ de Pierre & Vacances du Maroc est un secret de polichinelle. « Oui, nous sommes au courant », répond laconiquement en off une source autorisée au ministère du Tourisme. Pourtant, le groupe français ne communique toujours pas sur les raisons de ce désengagement.

En réalité, plusieurs signes avant-coureurs trahissaient déjà ce retrait. En décembre 2012, Pierre & Vacances signait, dans le cadre de la Vision 2020, un accord avec la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) pour la gestion de trois résidences touristiques à Marrakech, Taghazout et Saïdia totalisant 7 000 lits. L’implantation du groupe s’était faite en grande pompe, en avril 2008, par la signature d’un accord entre le gouvernement marocain et Gérard Brémond, PDG et fondateur du groupe, qui accompagnait le Premier ministre français de l’époque, François Fillon, lors d’un voyage officiel dans le royaume. En septembre 2008, l’entité Pierre & Vacances Maroc était créée.

Sept ans après l’implantation officielle du groupe, ses différentes promesses tardent à se concrétiser. Ce retard cache en fait un retrait des intérêts de Pierre & Vacances, comme nous le souffle une source bien informée. Du côté du groupe français, ni confirmation ni infirmation : contactée par Telquel.ma depuis plus d’une semaine, la direction Maroc et le service de presse basé à Paris, n’ont, à l’écriture de ces lignes, toujours pas fourni de réponse ou de commentaire.

Zéro établissement au Maroc

D’autres indices confirment pourtant ce départ dont les raisons restent inconnues. Tout d’abord, aucun établissement Pierre & Vacances n’a ouvert ses portes dans le royaume, alors que les premières livraisons étaient prévues pour 2014. Les locaux de Pierre & Vacances Maroc au quartier Souissi de Rabat tournent d’ailleurs en effectif réduit, avec seulement neuf salariés. De plus, sur la centrale de réservation en ligne de Pierre & Vacances, le Maroc ne figure toujours pas parmi les destinations.

Le cas particulier des résidences Oasis de Noria est révélateur du retrait de Pierre & Vacances. Ce projet de résidences touristiques à proximité de Marrakech faisait partie des accords signés en décembre 2012 avec la CDG pour le développement de trois resorts. Originellement, la CDG devait financer le projet, et Pierre & Vacances en assurer la gestion. Joint par Telquel.ma, une source à la CDG assure en off que c’est désormais sa filiale Exprom Facilities qui assure la gestion de l’Oasis de Noria toujours inachevée. Une information qu’Exprom n’a pas souhaité commenter ou infirmer.

Le rapport financier 2014 de Pierre & Vacances vient corroborer ces dires. Le groupe français a vendu en 2013, à la CDG, la moitié de sa participation dans la société d’exploitation touristique SDRT-Immo. Pierre & Vacances ne détient plus que 25% dans cette entreprise créée avec la CDG pour le développement de L’Oasis de Noria. C’est tout ce qu’il reste des actifs de Pierre & Vacances au Maroc, selon le rapport financier.

Perdu d’avance

Pour Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT), le départ de Pierre & Vacances n’a rien de surprenant. « La formule Pierre & Vacances, c’est le time-sharing, la gestion locative d’appartements qui appartiennent à des particuliers. Ce sont des produits qui vieillissent très mal et qui ne créent que très peu d’emplois ». Autre indice: « Pierre & Vacances avait obtenu la meilleure parcelle à Taghazout, obtenant même le détournement d’une route. Désormais, le chantier est à l’arrêt et bloque le développement des parcelles mitoyennes », renchérit Abdellatif Kabbaj.

Mais le retrait de Pierre & Vacances de ses différents projets pourraient concerner des intérêts bien au-delà des frontières du Maroc, comme le suggère une source chez Accor. Pierre & Vacances détient en effet la marque Adagio à 50-50 avec Accor. Cette marque gère des résidences urbaines haut de gamme à destination des voyageurs d’affaires, notamment en Europe. Deux de ces résidences doivent « ouvrir prochainement »  dans le nord-ouest du Maroc, selon le site internet de Pierre & Vacance Maroc. Notre source auprès d’Accor affirme que Pierre & Vacances prépare en réalité la revente de ses parts d’Adagio à son partenaire Accor.  Une information – la seule – que Pierre & Vacances nous a démentie : « il n’y a aucun projet de rachat d’Adagio par Accor ».

 

article suivant

Efficacité des vaccins Covid-19 : la bataille des chiffres