Mustapha El Khalfi, ce censeur tout permis

Mustapha El Khalfi, ce censeur tout permis

Interdire un film bien avant que son réalisateur ne demande l’autorisation de le diffuser au Maroc, c’est l’exploit du ministère de Mustapha El Khalfi. Une décision qui ne respecte pas l’article 25 de la Constitution, encore moins la procédure légale pour statuer sur la diffusion d’un film sur le territoire marocain. Explications.

Depuis sa nomination en 2012 en tant que ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi a une vision paternaliste de sa mission, se donnant le droit de définir ce qu’est « l’identité marocaine, ses valeurs et les attentes des Marocains en matière d’audiovisuel ». Peu importe si sa vision est passéiste et ignore la diversité et la liberté d’expression. El Khalfi réduit les Marocains à des mineurs à qui l’on dicte ce qu’ils ont le droit de voir ou pas. Pour arriver à ses fins, le ministre, qui invoque la religion pour appuyer la moindre de ses décisions, n’hésite pas à outrepasser ses pouvoirs et à court-circuiter les institutions compétentes.

Lire aussi : Tribune de Mahi Binebine : « Allez censeurs du dimanche, brûlez tout ! »

La Constitution de 2011 est claire. L’article 25 énonce que « sont garanties les libertés de pensée, d’opinion et d’expression sous toutes ses formes. Sont garanties les libertés de création, de publication et d’exposition en matière littéraire et artistique et de recherche scientifique et technique ». Un texte que le ministre semble ignorer en imposant des restrictions au secteur de l’audiovisuel afin qu’il soit en cohérence avec la vision qu’il a de « l’identité marocaine ». La dernière décision en date est l’interdiction de Much loved, le long-métrage de Nabil Ayouch traitant de la prostitution à Marrakech. Le ministre n’a pas hésité à outrepasser le pouvoir du Centre cinématographique marocain (CCM) pour décider à sa place.

Pourtant, le texte est clair. L’article 8 de la loi n° 20-99 relative à l’organisation de l’industrie cinématographique affirme que « toute exploitation commerciale d’un film cinématographique sur le territoire national ainsi que du matériel publicitaire y afférent est subordonnée à l’obtention d’un visa délivré par le directeur du Centre cinématographique marocain sur décision d’une commission, dite commission de visionnage des films cinématographiques, qui siège audit centre ». Cette commission est composée d’un représentant du ministère de la Communication, d’un responsable du ministère de la Culture, d’un représentant de la chambre des distributeurs de films, ainsi que d’un représentant des exploitants de salles de cinéma. Ajoutons à cela que « tout refus de visa ou toute coupure dans le contenu des films cinématographiques présentés doit être motivé et porté à la connaissance des intéressés par lettre recommandée avec accusé de réception ».

Lire aussi : Edito d’Abdellah Tourabi : « Much loved. L’art et la manière »

Maintenant, revenons aux faits. Nabil Ayouch n’a même pas encore demandé de visa d’exploitation pour son film. Ces quatre personnes devant statuer sur l’autorisation de Muched loved ou non sur le territoire marocain ont été remplacées par de mystérieuses « autorités marocaines compétentes » citées dans le communiqué de la MAP qui, semble-t-il, ont visionné le film « dans un festival étranger ». L’équipe de Nabil Ayouch, contactée par Telquel.ma, a appris la nouvelle comme tout le monde, dans ce fameux communiqué de la MAP. Tout cela est-il légal ? Le CCM n’est-il qu’une institution vide que l’on peut doubler à chaque fois sans aucun respect pour les textes qui régissent le secteur ? Si cette décision peut être considérée comme non conforme à la Constitution de l’État vu qu’elle ôte à Nabil Ayouch ses « libertés de création, de publication et d’exposition », la procédure suivie dans ce cas fait fi de la procédure dictée par la loi et les institutions sous la tutelle du ministère de la Communication.

Enfin, penchons-nous raisons citées par monsieur El Khalfi le menant à l’interdiction du film de Nabil Ayouch. Dans le communiqué, on apprend que Much loved « comporte un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l’image du royaume ». Si le gouvernement s’inquiète autant pour la femme marocaine, il faudrait peut-être d’abord s’intéresser à la situation de ces femmes exploitées quotidiennement et réduite à la prostitution, de ces jeunes femmes, pas encore majeures, qui sont réduites à l’esclavage moderne en tant que petites bonnes en milieu urbain, à ces mères qui accouchent encore sur des trottoirs et dans les couloirs des hôpitaux par manque d’infrastructures, à ces paysannes qui sont encore obligées de parcourir des kilomètres pour remplir des seaux d’eau ou encore à ces petites filles qui sont mariées alors que leur place est toujours à l’école primaire.

S’inquiéter aujourd’hui de l’image de la femme marocaine ne devrait pas se résumer à cacher une réalité flagrante aux yeux de l’opinion internationale, car, semble-t-il, le Maroc a l’obsession de ce que pensent les États démocratiques de sa situation mais est peu soucieux de s’attaquer véritablement aux problèmes. Au lieu d’essayer de dissimuler ce qui fâche et faire taire les langues qui épinglent des situations alarmantes, notre pays devrait songer sérieusement à agir en changeant cette réalité qui ne peut plus être couverte par le voile de la censure.

article suivant

Genève III sera “un tournant”... ou le Maroc n'y retournera pas

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.