Une Marocaine raconte comment elle a sombré dans la prostitution en Italie

Le portail d’information arabophone AlJarida24 a recueilli en vidéo le témoignage d’une Marocaine qui, en quête de travail en Italie, s’est retrouvée forcée à se prostituer.

Par

AlJarida24 vient de publier le témoignage à visage découvert d’une jeune Marocaine qui s’est retrouvée prisonnière d’un imposteur qui l’a forcée à se prostituer. Sans donner de date (on sait juste que c’est avant le Printemps arabe), elle commence son récit en rappelant comment, après son divorce et alors qu’elle vivait encore au Maroc, elle s’est retrouvée en situation de soutien de famille.

« J’ai divorcé, puis mes parents ont eu des problèmes. J’étais devenue par la force des choses responsable de mes petits frères et sœurs », raconte la jeune femme, qui cherchait alors à trouver un moyen pour subvenir aux besoins de sa famille. C’est dans cet objectif qu’elle s’est rendue en Libye et y a été embauchée en tant que serveuse dans un café. « J’avais un revenu respectable, j’envoyais de l’argent mensuellement à ma famille. Ma situation était bonne », se remémore-t-elle.

Effet collatéral du chaos libyen

Cela n’a pas duré longtemps, avec l’avènement du Printemps arabe et l’instabilité qui s’en est suivi. « Je suis parvenue à revenir au Maroc avec beaucoup de mal. Cette stabilité s’est subitement terminée avec la guerre. Je suis passée par une très mauvaise période », raconte la jeune femme, qui assure « avoir miraculeusement échappé à la mort ». Une fois au Maroc, retour au point de départ. La jeune Marocaine devait trouver un moyen pour subvenir aux besoins d’une famille de huit membres.

« Le seul moyen était de retrouver du boulot, et faire le ménage chez des gens ne m’aurait pas permis de garantir un salaire décent pour une aussi grande famille », témoigne la jeune femme. Elle se procure alors un contrat pour un travail en Italie « pour 60 000 dirhams » et traverse la Méditerranée. « Une fois sur place, je me suis rendu compte que j’étais entre les mains d’un imposteur. Il m’a forcé à me prostituer, j’ai fait des choses que je n’aurais jamais pensé faire », raconte-t-elle avant d’éclater en sanglots.

Menaces, fausses promesses et arnaques

La jeune Marocaine raconte une expérience « traumatisante » aggravée par le fait qu’elle était isolée. « Il m’a loué un appartement où il me ramenait des hommes. Je ne parlais pas italien, je ne parlais à personne. J’étais comme emprisonnée », témoigne-t-elle avec beaucoup d’émotion. Les menaces ne manquaient pas : il lui expliquait que « ces hommes allaient nous liquider si je ne m’exécutais pas ».

Peu de temps après, cet homme qui « la séquestre dans un appartement où elle reçoit cinq à six hommes par jour », lui propose d’épouser un Italien. « Il ne restait plus qu’une semaine pour que mon contrat se périme », raconte-t-elle, et de détailler : « Il m’a demandé mon argent afin que l’Italien puisse venir louer au Maroc afin de m’épouser vu que j’étais contrainte de rentrer ». Une fois sur le sol du royaume, elle réalise qu’elle s’est faite arnaquer une seconde fois. « Il m’a proposé d’aller me plaindre aux autorités si j’avais un problème », confie-t-elle avant de lancer un appel. « Je veux avertir toutes les Marocaines. Si quelqu’un vous promet qu’il vous emmènera en Italie, sachez que c’est pour faire de vous des prostituées. »

Lire aussi : Nabil Ayouch prépare un film sur la prostitution

article suivant

Un premier suspect arrêté dans l'affaire des viols présumés sur les saisonnières marocaines

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.