En 3 jours, 12 policiers et gendarmes victimes de snipers… vidéo – Telquel.ma

En 3 jours, 12 policiers et gendarmes victimes de snipers... vidéo

Tan Tan, Kénitra, Tanger… Les exploits filmés des « snipers » commencent à coûter cher aux policiers indélicats trop avides de bakchichs.

Par

Capture d'écran de la vidéo postée par le touriste espagnol.

Deux policiers ont été suspendus de leurs fonctions ce dimanche 11 janvier, dans la région de Tan Tan, après qu’une vidéo postée sur YouTube la veille a révélé qu’ils exigeaient un bakchich à un motard espagnol. Manque de chance pour les deux agents, ce motard portait une caméra vidéo, fixée sur son casque, qui leur avait échappé. Une enquête judiciaire a été diligentée, indique le site d’information Le360, citant une source au sein de la Direction générale de la sûreté nationale.

Vendredi 9 janvier déjà, à Kénitra, le procureur du roi a ordonné la mise en détention provisoire de dix gendarmes. Là encore, c’est une vidéo publiée sur YouTube qui a scellé leur sort. Selon Al Massae, la vidéo, réalisée par un conducteur d’autocar, montre les gendarmes percevoir des pots-de-vin. Elle a été authentifiée par un laboratoire d’analyse technique et scientifique de la gendarmerie royale.

Gendarmes en prison

Les gendarmes sont actuellement incarcérés au pénitentier de Kénitra, en attendant de savoir de quelle sanctions disciplinaires et pénales ils écoperont.

Le 2 janvier, près de Tanger, une vidéo réalisée par un automobiliste (et depuis retirée de YouTube pour violation de ses conditions d’utilisation) montrait un policier recevoir un billet de 100 dirhams lors d’une interpellation.

En août 2014, une vidéo YouTube filmée vers Boulemane montrait des gendarmes enchaîner des contrôles routiers si expéditifs qu’ils en étaient suspects.

Un scénario comparable à celui de la vidéo publiée début janvier 2014, montrant un policier affecté à la circulation prendre de l’argent à plusieurs conducteurs, dans les environs d’Imintanout :

En septembre 2012, dans la région de Guelmim, une vidéo connaissait un franc succès sur YouTube en montrant deux gendarmes percevoir ce qui semblait bien être de l’argent de la part de deux chauffeurs de camion.

Ces publications vidéo font suite au désormais célèbre Mounir Agueznay, alias le sniper de Targuist, qui de juillet 2007 à 2013, a publié plusieurs vidéos témoignant de la corruption dans sa région.

Mais il avait été poursuivi en justice pour diffamation, principalement parce que « ses images étaient prises de loin. On n’y décelait pas de preuve. Il n’y avait pas de sonore, pas de contexte », explique l’avocat maître Youssef Chehbi. Mais avec la miniaturisation, des smartphones à l’invention des caméras vidéo de type GoPro, les vocations de snipers vont pouvoir s’émanciper de ce genre de limitations. Les agents des forces de l’ordre sont avertis.

article suivant

Anas Doukkali : "Toutes les revendications des médecins privés peuvent trouver une réponse"

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.