Maroc

Pays-Bas: l'extradition de Said Chaou refusée, le procureur entend se pourvoir en cassation

Saïd Chaou Crédit: R. Tnouni
Pays-Bas: l'extradition de Said Chaou refusée, le procureur entend se pourvoir en cassation
février 22
17:04 2018
Partager

La Cour de Breda estime que les garanties présentées par le Maroc, qui réclame l'extradition de l'ancien parlementaire Said Chaou "ne sont pas suffisantes et ne permettent pas d'écarter le danger d'un procès inéquitable". Le ministère de la Justice néerlandais et le procureur général étudient la décision du juge en vue d'un pourvoi en cassation.

"Said C., ancien membre du parlement marocain, ne sera pas extradé vers le Maroc", annonce le site d'information néerlandais, Omroep Brabant, dans un article publié ce jeudi 22 février.

Selon le média, la justice néerlandaise estime que "les garanties présentées par le Maroc (concernant l'extradition de Said Chaou, NDLR) ne sont pas suffisantes et ne permettent pas d'écarter le danger d'un procès inéquitable".

Sur la base de ces éléments, la cour de Breda (sud des Pays-Bas) a jugé irrecevable la demande d'extradition. Cette décision devrait toutefois être contestée. Selon nos informations, le ministre néerlandais de la Justice et le procureur général étudient en effet cette décision en vue d'un pourvoi en cassation.

Pour rappel, l'extradition de Said Chaou a été au cœur de tensions diplomatiques entre les deux royaumes. Le Maroc avait rappelé, le 24 juin, son ambassadeur aux Pays-Bas après deux mois d'échanges avec les autorités néerlandaises concernant l'extradition du fondateur du Mouvement du 18 septembre pour l'indépendance du Rif (M18S). Cinq jours après ce rappel, l'ancien parlementaire a été arrêté aux Pays-Bas le 29 juin, suite à une "demande d'arrestation et d'extradition" formulée par le Maroc auprès des autorités néerlandaises.

Selon nos informations, la justice marocaine entend juger Said Chaou dans le cadre de l'affaire Najib Zaimi. Ce dernier, arrêté en 2010 par les autorités marocaines, avait été reconnu coupable de "trafic de drogue à l'échelle internationale, torture et blanchiment d'argent", sachant qu'il avait  désigné Said Chaou comme "associé".

Said Chaou, détenteur des natonalités marocaine et néerlandaise, exploite des coffee-shops aux Pays-Bas. Ce cinquantenaire a été arrêté pour trafic de drogue en juin 2015 par les autorités néerlandaises, dans le cadre d'une opération conjointe avec les services français et espagnols, en possession de 140.000 euros en liquide et d'une compteuse de billets.

Faute de preuve, la justice lui a finalement accordé la liberté sous contrôle judiciaire en décembre 2015. Said Chaou, fondateur du M18S, pourrait aussi en être le financier, au vu des moyens dont il dispose, d'après plusieurs observateurs rifains.

Lire aussi : Said Chaou, l'indépendantiste rifain accusé de trafic de drogues finance-t-il le Hirak ?

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss