Monde

Millionnaires, ils parcourent la Méditerranée pour sauver des migrants

Regina Catrambone sur le Phoenix. Crédit : MOAS.
Millionnaires, ils parcourent la Méditerranée pour sauver des migrants
avril 27
09:41 2015
Partager

Ce couple américano-italien s’apprête à reprendre la mer pour sauver des migrants naufragés en Méditerranée.

« Il n'y a pas de temps à perdre. La moindre vie sauvée vaut le voyage à elle seule », explique Regina Catrambone, interrogée par La Stampa. Avec son mari américain Christopher, cette italienne parcourt la Méditerranée en voilier, à la recherche de migrants à sauver. Il y a un an, le couple a monté sa fondation Migrant offshore aid station (MOAS), la première du genre. Les Catrambone s’apprêtent à partir pour leur deuxième mission. Une initiative qui fait écho avec les drames de ces dernières semaines.

Une nouvelle fois, le couple va embarquer à bord du Phoenix, un voilier de 40 mètres. Le bateau est équipé de deux drones à détection infrarouge pour repérer les embarcations en perdition. Une fois les naufragés trouvés, l'équipage met à l’eau des canots pneumatiques à coque rigide, leur fournit de l’eau potable et des gilets de sauvetage et appelle les autorités en cas de situation de détresse. « Nous intervenons comme une sorte d'ambulance » expliquait le couple à La Repubblica, début mars.

Crédit : MOAS / Darrin Zammit Lupi.

Crédit : MOAS / Darrin Zammit Lupi.

Selon les cas, MOAS accueille les immigrés à bord du bateau ou aide les autorités italiennes dans leur transbordement. L'an dernier, le Phoenix a effectué trois missions de vingt jours chacune. Ces efforts ont permis de sauver près de 3 000 vies entre les mois d'août et d'octobre, des Syriens ou des Palestiniens, pour la plupart.

Lire aussi : Que deviennent les corps des migrants rejetés sur les côtes marocaines ?

Une histoire de croisière et religion

Tout a débuté à l'été 2013, lors d'une croisière sur leur yacht privé, entre la Tunisie et Lampedusa. Regina et Christopher aperçoivent une veste flotter sur l'eau, appartenant sans doute à un migrant noyé. Au même moment, le pape est de passage dans l'île, où il appelle la communauté internationale à « abattre les murs de l'indifférence ». De confession catholique, le couple décide de suivre cet appel et part à la recherche d'un navire.

Un capitaine anglais et des marins de différentes nationalités : au total, une vingtaine de personnes composent l'équipage cosmopolite. Rien ne filtre sur le montant total de leurs dépenses, toutefois évaluées à 7,5 millions de dollars par le magazine Time.

Lire aussi : Tanger. Un membre des Forces auxiliaires disparaît en empêchant le départ de migrants

Tags
Partager

Lire aussi

  • Simo

    Magnifique. Combien de personnes pourraient faire des choses similaires au Maroc et en ont les moyens!

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss