Mohammed VI nomme Habib El Malki à la tête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique

L’ex-ministre de l’Éducation nationale sous le gouvernement Jettou et député de l’USFP Habib El Malki remplace le conseiller royal Omar Azziman à la tête du conseil.

Par

Le roi Mohammed VI reçoit Habib El Malki , le 14 novembre au Palais royal de Rabat. Crédit: MAP

Le roi Mohammed VI a reçu, lundi 14 novembre, au palais royal de Rabat, Habib El Malki, qu’il a nommé président du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, a annoncé un communiqué du cabinet royal.

Ce député et ancien ministre de l’Éducation nationale, entre 2002 et 2007, vient donc remplacer le conseiller royal Omar Azziman aux commandes du Conseil, une instance consultative indépendante instituée par l’article 168 de la Constitution, chargée d’émettre son avis sur toutes les politiques publiques et les questions d’intérêt national concernant l’éducation, la formation et la recherche scientifique.

Outre le président, nommé par le monarque pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois, le Conseil est composé de 100 membres ayant une expérience avérée dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Au cours de l’audience, le souverain a souligné la nécessité pour le Conseil, en tant qu’institution consultative, “d’accompagner la réforme du système de l’éducation et de la formation en coordination avec les départements gouvernementaux et les établissements concernés, afin de réaliser les principaux objectifs de cette réforme en ce qui concerne la promotion de la qualité de l’enseignement à tous les niveaux, la réalisation de l’équité et de l’égalité des chances dans ce domaine, la maîtrise des langues étrangères et l’encouragement de la recherche scientifique, à même de contribuer à la qualification du capital humain national”.

Professeur d’économie, Habib El Malki a été président de la Chambre des représentants entre 2017 et 2021. Il était aussi président du groupement d’études et de recherches sur la Méditerranée et du Centre marocain de conjoncture.

Le 12 novembre 1990, il a été nommé par feu Hassan II secrétaire général du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir. Élu député sous les couleurs de l’USFP à la Chambre des représentants, puis réélu en 1997, 2002, 2007, 2011 et 2016, El Malki est depuis le 19 novembre 1992 membre de l’Académie du Royaume du Maroc.

En mars 1998, il a été nommé ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche maritime au gouvernement de transition conduit par feu Abderrahmane El Youssoufi, avant d’être nommé en 2002 ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, puis en 2004 ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique.

à lire aussi

(avec MAP)